Nos chattes, un exemple de dignité humaine.

Publié le par Les Malaugenoux

(Les âmes sensibles n’iront pas jusqu’aux images et ne feront que lire ce qui suit, c'est-à-dire sans doute un manifeste politique, rien moins ;-D)

Elles avaient été opérées la veille, par un ami cycliste incidemment vétérinaire, sur la table de la cuisine, instruments stérilisés à l’eau de vie de poire (la meilleure), l’une, Patchouk, d’une ovariectomie, et l’autre, Pataki, d’une ovaro-hystérectomie, bref stérilisées après rasage, incision de la peau, découpage des abdominaux, extraction des boyaux et j’en passe. Elles avaient récupéré toute la nuit dans la salle de bain, comme des zombies, en proie à toutes les hallucinations (le copain précise que l’anesthésique vaut à sa profession d’être cambriolée, tant l’effet hallucinogène est goûté par les spécialistes). Nous étions allés vérifier que tout allait bien, avions abondamment commenté qu’elles aient, dans leur chambre de réveil improvisée mais dûment carrelée, interverti les cartons qui leur servaient de lits médicalisés et Françoise avait décidé qu’il fallait, maintenant que la salle de bain sentait le fauve, les installer au salon. Mais dès qu’elles ont vu la lumière, dès que leurs rétines ont imprimé le vert de la forêt, dès que leurs tympans ont capté le chant du coq, dès qu’elles ont compris que la liberté ne tenait qu’à une vitre, nos vaillantes chattes ont voulu sortir.

Pas question d’appeler le 115 ou le 911, pas question de gémir et d’emmerder le monde avec ses états d’âme, pas question de demander une dose de morphine ou une péridurale, pas question de se faire offrir une cure thermale par la sécu, suivie de huit jours d’arrêt maladie parce que « c’est bien connu la cure ça fatigue », ou de se faire prescrire une pile de sédatifs par le premier médecin vénal venu, pas question d’aller pleurer chez Brigitte Bardot, le MRAP ou les spécistes, pas question de réunir toute la famille bêlante à son chevet, pas question de réclamer un seul millionième de placebo dilué… non, juste aller d’un pas hésitant se terrer dans un trou et attendre que la douleur passe, mordre dans la pipe sans laisser une seule plainte s’échapper…

mourir s’il le faut mais rester digne.

2011-Hysterectomie-8892.JPG       après rasage                                 

2011-Hysterectomie-8894.JPG

          incision de la peau, découpage des abdominaux

 

2011-Hysterectomie-8901.JPG

 

 

 

 

 

 

 

 

 

extraction des boyaux et j’en passe    

2011-Hysterectomie 8902

    en proie à toutes les hallucinations    

 2011-Hysterectomie 8906

 

2011-Hysterectomie 8908

 

 2011-Hysterectomie 8909

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

elisabeth 02/03/2012 22:05


bonjour,


le chat est anesthésié rassurez moi !!

Prince Bernard 12/11/2012 14:29



Evidemment, il ne sent absolument rien. Mais l'anesthésiant a un effet hallucinatoire qui donne cette impression. S'il n'était pas anesthésié, vous pensez bien qu'il serait absolument impossible
de lui faire quoi que ce soit. Un chat en colère, cela arrête un ours !