Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Tout danger est écarté

Publié le par Les Malaugenoux

Aucune pétition ne nous étant parvenue, aucune manifestation, aucune grève de la faim, aucune menace des spécistes ne s'étant opposée à la destruction de la cathédrale des frelons,
 il est sorti de la nuit dans son armure blanche, l'ange (ex)terminator aux bâtons cracheurs :



Les architectes nous ont livré leur cathédrale sans réagir,  ou plutôt une pièce montée de trois camemberts...





et comme tous les camemberts qui se respectent, ceux-là grouillent de larves à tous les stades de croissance :







Jusqu'à la reine, grande comme deux ouvriers.


Partager cet article

Repost0

Alerte aux frelons

Publié le par Les Malaugenoux

Les frelons sont des artistes, ils ne sont pas agressifs, c'est juste que par comparaison avec les guêpes de terre, les plus agressives de la douzaine d'espèces dont s'enorgueillit la Principauté, et dont nous avons un nid près de la frontière; étant donné qu'un frelon est cinq fois plus gros qu'une guêpe de terre, on craint le pire.
Le plus bizarre, c'est que Françoise est maintes fois allée près de leur superbe nid, caché derrière un arbalétrier du planchat,

sans les remarquer du tout, tellement le véritable artiste est discret.

Malheureusement ils ont commencé à se faire remarquer le soir, à venir butiner les ampoules du palais principal et Françoise a fini par trouver leur repaire, collé aux voliges :


En essayant de ne pas les déranger, nous sommes venus rendre hommage à leur talent d'architectes...


... et de stylistes. Ne dirait-on pas une création d'Antonio Gaudi ?


Chef d'oeuvre en péril ? Qu'en pense le (la) lecteur (trice) ?

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost0

Sysiphe

Publié le par Les Malaugenoux

Sysiphe, roi de Corinthe, n'était pas un personnage sympathique mais il était futé. Condamné par Zeus à être enchaîné par Thanathos (la mort), il avait demandé à ce dernier de lui montrer comment fonctionnaient les chaînes et en avait profité pour reduire la mort à l'inactivité. Colère d'Arès, dieu de la guerre (une guerre sans mort, c'est pas marrant) et punition ultime pour Sysiphe, son fameux suplice, remonter un rocher le long d'une pente pour le laisser échapper près du sommet.
Nous avons retrouvé Sysiphe à Montpoulet, il remonte les murets en pierres que les coulées de boue de l'année ont balayés et qui s'ébouleront à nouveau dans quelques hivers.





Il renseigne les randonneurs de passage lorsque ceux-ci n'en savent pas déjà plus que lui (nos voisins les Français sont volontiers donneurs de leçons).


Et les visiteurs reprennent leur chemin, tout joyeux de faire partie à présent de la mythologie pouletmontoise.

Partager cet article

Repost0

tou ou rien

Publié le par Prince Bernard-Régis

      Le « tou » (orthographe non garantie) est une canalisation traditionnelle antique, fabriquée avec des pierres plates et qui sert essentiellement de drain. Nous en avons trouvé tout autour de la maison et nos voisins nous ont expliqué que beaucoup des terres cultivées en sont pourvues pour évacuer les trop fortes précipitations et éviter les calamiteuses coulées d'argile.
      Le plus bel exemple, outre celui qui demeure visible sous l'aître et où loge le crapaud aux yeux rouges, je l'ai trouvé en creusant pour le réservoir d'eau de pluie, et soigneusement photographié :

En creusant, j'ai d'abord rencontré les couvercles, les pierres les plus plates, recyclées ultérieurement dans les niches du muret de la terrasse (du « chalet ») géothermie. J'ai ensuite très soigneusement, au pinceau (naaan, je plaisante, le balai de maçon suffit), dégagé toute la longueur du tou.


puis ôté les couvercles,

et découvert, en plus de la lumière (!), qu'ici, si les parois étaient en pierres, le fond était simplement la roche mère, en granite très dégradé, le « gore », lui-même dans tous ses états possibles d'évolution, depuis le bloc dense jusqu'au granulat sableux.
Pour satisfaire la curiosité immanquable du lecteur, voilà ce que tout cela est devenu :

Partager cet article

Repost0

Epervier, niches et tou

Publié le par Les Malaugenoux


       Comme pour deux mésanges bleues précédemment, et au contraire d'une charbonnière qui avait survécu, la grande porte coulissante vitrée se révèle fatale pour un rapace. Nous le croyions un faucon, c'était un vrai, un épervier :


Poids plume, incroyablement, mais serres et bec acérés :
 

Le mur de soutènement de la terrasse géothermie se dresse enfin,


au béton invisible sauf au sommet, ligne d'écriture,


aux six niches en pierres plates de tou et à l'escalier intégré dans l'épaisseur comme tout autant de figures de style :

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost0

Limousinerie et restrictions d'eau

Publié le par Les Malaugenoux

Pour faire du mortier, d'argile, de chaux ou de Portland (*), il faut de l'eau. Or nous n'avons ici qu'une source (principale et quelques secondaires) que la sécheresse met à mal :


Ce mince filet d'eau, vous diriez quel volume quotidien ?

C'est cela, entre 600 et 700 litres. Pas facile à boire mais tout bien pesé, c'est peu. Surtout quand il faut gâcher du béton pour lier les pierres.




(*) Portland, une autre péripétie des chamailleries franco-britanniques :

       C'est LE ciment qui est utilisé pour faire le béton. Il est composé principalement de silicates de calcium hydrauliques qui font prise et durcissent en vertu d'une réaction chimique à l'eau. 
       Sa mise au point a été le fruit des recherches assidues  pour produire un ciment naturel de qualité supérieure. En 1817, le français Louis Vicat découvrit le principe de l'hydraulicité des chaux et publia ses travaux sans prendre de brevet. En 1824 le britannique Joseph Aspdin déposa un brevet pour un produit semblable à celui décrit par Louis Vicat, qu'il nomma ciment Portland parce qu'une fois pris, il avait la couleur de la pierre extraite de la presqu'île de Portland, sur la Manche.

(d'après Wikipédia)

Partager cet article

Repost0

limousinerie et restrictions d'eau

Publié le par Prince Bernard-Régis

Pour faire du mortier, d'argile, de chaux ou de Portland (*), il faut de l'eau. Or nous n'avons ici qu'une source (principale et quelques secondaires) que la sécheresse met à mal :


Ce mince filet d'eau, vous diriez quel volume quotidien ?

C'est cela, entre 600 et 700 litres. Pas facile à boire mais tout bien pesé, c'est peu. Surtout quand il faut gâcher du béton pour lier les pierres.



 

Partager cet article

Repost0