Chasse au trésor spéciale enseignants

Publié le par Les Malaugenoux


Rappel historique
 :

            Dès les débuts de la colonisation de Montpoulet, nos voisins autochtones nous ont rapporté la légende du trésor de Montpoulet sans nous en révéler la nature exacte. Nos Indiens, Helviens ou Ségusiaves, sont des malins. Nous avons d’abord cru que le sable charrié par la source était aurifère… puis cru arriver trop tard lorsque nous avons trouvé la cache originelle dans les fondations, pleine… d’argile . Mais c’est le document d’église de 1777 nous nous a enfin mis sur la bonne piste mais suffit, comme disent nos voisins autochtones, je ne trahirai pas plus.

             Il suffira de savoir que pour commémorer la déclaration d’indépendance de la Principauté, nous rejouons la découverte du fabuleux trésor en résolvant des énigmes. Une énigme principale mise en abyme, pour ne pas faire pédant. En effet chacun des termes de cette énigme se trouve en des points remarquables de la Principauté indiqués chacun par une énigme secondaire.


(arrivé là du discours préalable, nous avions déjà perdu deux participants)

 
            Chaque équipe doit donc résoudre des énigmes  pour trouver les marqueurs historiques où se trouvent les indices qui constituent l'énigme principale conduisant au trésor (c'est plus clair comme cela ?). Rien n’empêche que l’équipe se décompose alors en « intellos » qui craqueront les énigmes grâce à la carte détaillée et en « grouillots » qui courront aux endroits indiqués pour en ramener les indices. Cependant,  que toute l’équipe se déplace est préférable, dans l’objectif secondaire de la commémoration : entretenir le réseau de communications en écrasant les ronces. Donc chaque indice glané rapportera un point tandis que le trésor n’en rapportera que trois, pour inciter à parcourir les chemins forestiers de la Principauté.


            
          Ils s'en vont, munis des recommandations suivantes : "Si vous rencontrez une harde de sangliers, restez groupés, ne les regardez pas dans les yeux mais ne leur tournez pas le dos non plus. Si vous voyez un lièvre, tâchez de nous le rapporter pour un civet.  Si vous voyez un blaireau, nous en avons toute une colonie, rentrez vous rafraîchir, vous hallucinez, c’est un animal aux mœurs strictement nocturnes."

Ainsi : l' énigme secondaire "Mange chair : celui de Toutankhamon est célèbre" permet de trouver sur la carte nord de la Principauté

le lieu "Sarcophage" (Phagein= manger, sarko = viande) où l'on découvre un message "Mais à quelle condition, donc, l'aïeul immatérialisé ici croirait-il en un dieu ?" puisqu'une pierre tombale y proclame "Aucun dieu n'existe s'il ne me ressuscite". Ce pourrait être un indice, mais c'est juste une question pour voir si vous suiviez.

Ainsi aussi l'énigme "Celui-ci ne bénéficie pas comme à l’angle sud de la méjou d’un projecteur pour lire l’heure la nuit" fait allusion à l'endroit de la carte sud baptisé "cadran solaire paléolithique" où l'on découvre 


un message de félicitations (pour parvenir à ces confins, il fallait savoir lire une carte !) et les i
ndices "AÉGLÉ, ÉRYTHIE et  HESPÉRIE" de l'énigme principale conduisant au trésor.

Si bien qu'au bout de deux heures de crapahut



dans une végétation comme il se doit luxuriante, riante et un rien urticante

 (nous sommes ici dans la partie encore inexplorée de la Principauté, traditionnellement appelée "lo dzonoaïre" parce qu'il n'y pousse guère, sur cette lande où le granite afleure, que des genevriers.)


...chaque équipe rentre au Palais Principal avec sa moisson de "réponses pour voir si vous suiviez" sans intérêt et les indices suivants :
"DRAGON LADON" - "EDEN" - "Formule pour ouvrir le coffre du trésor V,9,176" -  "DOUZE TRAVAUX" - "POMMES d’OR" - "ATLAS ou PROMÉTHÉE ?

        Tous ces éléments pointent vers le rare lieu-dit qui fait allusion à la mythologie grecque, le "Jardin des Hespérides" à la frontière orientale, et où tous se rendent en cortège.



Que sera le trésor, qu'est-ce que ce jardin, pourquoi son nom, il faudra pour avoir la réponse à ces questions, subir un petit retour en arrière en images, à porter au crédit de la réputation gastronomique de la Principauté :













Et puis, comme tout le monde l'oublie toujours, pour qu'il y ait des images, il fallait qu'il y eût un photographe et il n'y en a pas toujours. Coup de chance, le même trésor avait été débusqué l'an dernier par un autre groupe d'enseignants :

à l'entrée mégalithique du Jardin des Espérides, puis descendant un des escaliers primitifs du Jardin ceint d'une muraille circulaire...


trouvant le coffre du trésor...


l'ouvrant avec la clé V,9,176 (livre Cinq, Fable 9, page176)...

Pour lire sa conclusion "D'argent, point de caché.Mais le père fut sage
                                          De leur montrer, avant sa mort,
                                          Que le travail est un trésor"
(Le laboureur et ses enfants)

Reste à vous dire pourquoi le Jardin des Espérides...
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article