Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

21bis - Permis impossible

Publié le par Les Malaugenoux

           Résumé des épisodes précédents : Françoise et Bernard ont racheté en 1994 la ferme de l’arrière-grand-père de Bernard, à Montpoulet, Saint-Victor. Ce n’est plus qu’un tas de pierres recouvert de végétation. Ils débroussaillent, retrouvent la source, découvrent une faune fabuleuse et des paillettes d’or tandis que la configuration cabalistique des fondements de la ruine les fait rêver d’un trésor. Ils obtiennent leur mutation en 1997 et viennent s’installer dans une caravane doublée d’un auvent. Leur première demande de permis de construire est refusée puis acceptée, mais il leur faut déposer une nouvelle demande qui leur est refusée pour risque d’incendie. Devant la preuve qu’il y avait eu une erreur dans l’instruction du dossier, le préfet accepte de s’incliner. Mais c’est la DDE qui rédige un permis finalement impossible à rédiger tant les prescriptions sont coûteuses ou invraisemblables.

(Première publication dans l’Écho des Trois Clochers, 07410 Saint Victor)

 

            Avant tout cependant et après cette peinture critique de l’ardu chemin que nous avons dû suivre pour obtenir ce qui était bien légitime somme toute, à savoir le droit de restaurer dans ses fondations une maison familiale, peinture que le lecteur aura peut-être trouvée acerbe, je tiens à préciser qu’au fond, il ne s’agit pas d’une critique des fonctionnaires ni même de l’administration. Qu’il y ait des lois absurdes ou contradictoires, qu’il y ait des règlements abscons et des décisions injustes, c’est inévitable et sans doute vaut-il mieux des lois imparfaites que pas de lois du tout, parce qu’alors ce serait la loi du plus fort. Ici, nous n’étions pas les plus forts mais, parce que notre demande était légitime, nous avons finalement obtenu gain de cause, et ce grâce à des élus attentifs et à des fonctionnaires zélés, certains peut-être trop zélés, mais tous animés de bonnes intentions, nous n’en avons jamais douté.

 

            Particulièrement animé de bonnes intentions ce « secrétaire général » de la Préfecture (il a rang de Sous-Préfet) qui nous téléphone le 31 décembre 1999 au soir, peut-être avec déjà quelques bulles dans le nez, pour nous expliquer comment interpréter à notre guise le fameux permis impossible aux prescriptions ahurissantes.

« On vous demande d’enfouir les réseaux mais la DDE a cru bien faire en rappelant en dernière page, vous y êtes, regardez, en rappelant les coûts des deux solutions, en aérien et en souterrain. S’ils donnent les deux options, légalement, c’est qu’ils annulent leur précédente prescription, vous me suivez ?

    Je vous suis.

    Deuxième problème, le chemin d’accès et cette histoire de tronçon numéro deux à mettre aux Normes Engins… Existe-t-il un document officiel qui numérote les tronçons ? Non ? Et bien il vous suffira d’inverser l’ordre de la DDE et d’appeler « numéro deux » le tronçon qui est déjà aux normes. Vous me suivez toujours ?

    Je vous suis et j’admire !

    Pour le troisième problème, l’obligation qui vous est faite d’avoir une piscine, une pompe thermique et des tuyaux, je crois que vous pouvez faire un geste. On n’est pas à l’abri d’une catastrophe…

    Parfaitement, vous savez que nous sommes déjà équipés d’un groupe électrogène ; je veux bien m’équiper contre l’incendie. Et pour faire bonne mesure, nous achèterons même des casques !

    Très bien, envoyez-moi alors un courrier qui précise comment vous interpréterez votre permis et ma réponse positive vaudra autorisation. Et buvez à ma santé, bonne année ! »

 

            L’histoire des poursuites pour diffamation (épisodes 7 et 8) m’avait appris que certaines lois étaient faites pour faire travailler les avocats, ce permis m’apprend qu’elles peuvent être défaites pour laisser quelque loisir aux préfets.

Partager cet article

Repost0

21- Permis refusé par le préfet.

Publié le par Les Malaugenoux

               Résumé des épisodes précédents : Françoise et Bernard ont racheté en 1994 la ferme de l’arrière-grand-père de Bernard, à Montpoulet, Saint-Victor. Depuis la région parisienne, ils viennent d’abord y passer leurs vacances et débroussaillent. Ils retrouvent la source, découvrent une faune fabuleuse et des paillettes d’or tandis que la configuration cabalistique des fondements de la ruine les fait rêver d’un trésor. Ils obtiennent leur mutation en 1997 et viennent s’installer dans une caravane doublée d’un auvent. Leur première demande de permis de construire est refusée puis acceptée, suite à un recours gracieux appuyé par député et conseiller général, mais il leur faut déposer une nouvelle demande dont ils attendent la réponse très longtemps.

(première publication dans l'Echo des Trois Clochers, 07410 Saint Victor)

 

            Dès les vacances de Pâques 1999, nous commençons quelques travaux d’étayage pour éviter que la ruine ne s’altère davantage. Et un jour Maurice nous prévient « attention, y a une voiture de la DDE qui monte chez toi ». Françoise court pour les accueillir au sommet et parvient à les faire descendre à la ruine. Nous sommes en plein scandale de la Paillote corse brûlée par les gendarmes sur ordre du Préfet parce que sans permis. Nous avons aussi un vague abri aménagé pour cuisiner sur place et Françoise la présente comme son « humble paillotte » au directeur local de la DDE accompagné par son directeur départemental. Les deux hommes paraissent très gênés, et restent évasifs quand je leur fais remarquer que nous approchons du 9 mai, délai ultime au-delà duquel, sans réponse de leur part, nous serions fondés, selon la loi, à considérer le permis de construire accordé tacitement.

            Déjà, j’avais tiqué à une manœuvre dilatoire de son service qui consistait à demander systématiquement après dépôt du dossier, de façon à retarder la date à partir de laquelle court le délai, un sous-dossier concernant l’assainissement. Avertis depuis la première demande, nous avions bien veillé cette fois à le joindre dès le début, ce qui n’a pas empêché la DDE de le redemander. Nous avions répondu en les priant « d’ouvrir la liasse ». J’ai d’ailleurs déjà affiché à l’entrée de Montpoulet le numéro du permis de construire puisque la mairie l’établit de toute façon, que le permis soit accordé ou pas. Le directeur départemental l’a vu bien sûr, et me fait remarquer que ce n’est pas si simple et qu’il me faudra de toute façon attendre un « courrier confirmant l’accord tacite ». Comme quoi la réglementation est écrite en une autre langue que le français puisque « tacite » signifie bien sans réponse, sans confirmation explicite.

            Deux jours après l’expiration du délai, un courrier tombe, effectivement. Mais c’est un deuxième refus, et celui-là n’est pas signé par le maire comme habituellement, il est signé directement par le préfet de Privas, devant qui on a agité l’épouvantail suprême : la sécurité incendie. En gros, on nous reproche d’être inaccessible à la grande échelle des pompiers et de ne pas disposer, à moins de 200 mètres, de deux bouches d’incendie capables de produire un débit de 1000 litres par minute pendant au moins deux heures. C’est surréaliste.

 

            Nous sommes dégoûtés. L’heure étant encore plus grave, nous contrattaquons sur trois fronts. Une offensive réflexe tout d’abord. Nous prévenons la DDE que nous débutons les travaux immédiatement, au double prétexte de l’expiration du délai pour la deuxième demande et que cette deuxième demande était un abus de pouvoir puisque la première demande avait finalement été acceptée. Nous avons les lettres du préfet et du sous-préfet pour le prouver.

            Une offensive de routine ensuite, le tir de barrage habituel : recours gracieux et courriers aux politiques. Et enfin une opération commando qui allait se révéler la plus fructueuse. Nous sommes alors en lien téléphonique avec une responsable de la préfecture qui s’occupe de notre dossier sans avoir le pouvoir de statuer, mais qui semble nous avoir à la bonne et nous donne de précieux bons conseils. Pour l’heure, elle nous apprend qu’il est de notre droit de consulter notre dossier. Nous en effectuons la demande suivant le modèle qu’elle nous communique et par la belle journée du 21 mai 1999, je me rends à Tournon. J’y suis reçu très affablement et l’on met même une photocopieuse à ma disposition. Je n’y avais pas pensé mais cela me permet de collecter deux perles : le caca nerveux de l’architecte conseil qui avoue son incompétence dans une note manuscrite  « je ne peux porter un jugement sur ce dossier où je ne comprends rien » et surtout, surtout, le rapport d’un adjudant-chef des services de secours et d’incendie qui est un salmigondis de textes réglementaires. D’ailleurs, en relisant le dernier paragraphe qui traite des fameuses bornes d’incendie, je m’aperçois qu’au hasard d’un copier-coller maladroit, plusieurs mots manquent et le paragraphe ne veut strictement rien dire… tout en paraissant vouloir dire quelque chose. Et c’est sur ce paragraphe que le Préfet s’appuie pour nous refuser le permis !?

            La nouvelle volée de courriers que suscite ce paragraphe est cinglante, l’occasion est trop bonne. Nous accusons les services administratifs d’avoir trompé le préfet. D’avoir prétendu que le chemin d’accès à la propriété était impraticable alors que nous l’avons fait rénover, facture à l’appui, et alors que nous venons de faire sortir du bois par un grumier et livrer du mélange à béton par un camion de dix tonnes, factures à l’appui. Alors qu’il suffisait par exemple de prendre une carte IGN pour mesurer la pente de ce chemin et la trouver bien inférieure aux 15% dont on l’accuse. Évidemment, nous parlons du chemin d’accès à la propriété, pas des cent mètres qu’il resterait à parcourir aux tuyaux pour atteindre la maison et qui n’inquiète aucun pompier.

            Et c’est encore le député qui bénéficie de la primeur des effets de ces courriers. Le préfet, qu’on devine dans ses petits souliers en le lisant, prétend que le refus n’était qu’une façon de s’assurer que nous prendrions bien les mesures qui s’imposent pour notre sécurité. Tu parles ! Parallèlement, nous l’apprendrons plus tard, des excuses sont présentées au maire pour le cafouillage du rapport du service incendie. Le même adjudant-chef sans doute qui, flanqué d’un lieutenant, vient inspecter Montpoulet pour définir les aménagements incendie qui s’imposeraient.

            Le lieutenant est franc et direct : « c’est la première fois qu’on nous demande cela dans cette partie de l’Ardèche. Y’a jamais d’incendie de forêt ici, mais enfin, puisqu’on nous demande notre avis, c’est avec plaisir.  Ce serait bien que vous ayez une réserve d’eau, une piscine par exemple, en plus du lavoir et du bassin, de laquelle nous pourrions approcher un véhicule léger pour y brancher une pompe. L’idéal aussi, mais ce serait vraiment du zèle, c’est que vous ayez vous-même une pompe thermique et des tuyaux pour vous défendre en attendant les pompiers, enfin moi je dis ce qui serait l’idéal, maintenant, faudrait pas pousser non plus ».

 

            On peut compter sur la DDE pour pousser, cependant. Comme va nous l’expliquer plus tard au téléphone le sous-préfet, c’est quand même « leur » boulot de rédiger les permis. Quand nous le recevons, ce fameux permis, nous constatons que pour rédiger, ça, ils ont rédigé ! Ils s’en sont donnés à cœur joie. Il y a deux pages de prescriptions. Le permis est accordé mais avec obligation d’une réserve de 100m3 (33 camions citernes de pompier !), obligation d’une pompe thermique, obligation de 150 m de tuyaux et de deux lances, obligation d’enterrer les lignes d’électricité et de téléphone, et surtout obligation de redessiner le deuxième tronçon du chemin (sous-entendu entre le sommet et la maison) pour que les virages aient au moins onze mètres de rayon et moins de 15%. C’est l’équivalent d’une interdiction. L’enterrement des réseaux, qui n’est réalisable que par des entreprises agrées par EDF, est d’un coût faramineux ; refaire les virages pour que, puisqu’on applique la réglementation « engins », la grande échelle puisse venir au pied de la maison, revient à éventrer la montagne. Finalement, il n’y a que l’obligation de construire une piscine qui nous paraisse acceptable.

            Pauvre député, il jubilait dans son dernier courrier, il était content de nous dire que finalement c’était gagné. Et bien non, une ultime volée de courrier lui apprend que non, va falloir encore pressurer le préfet. Comment allons-nous nous accommoder de ce permis impossible ? Je vous le dirai la prochaine fois.

Partager cet article

Repost0

Réchauffement climatique, encore !

Publié le par Les Malaugenoux

Puisque cela signifie toujours plus de neige et de froid, vive ce fameux réchauffement et...

1-bonne-annee-2011.jpg

 

 ... pour laisser un instant l'ironie de côté :

 Plutôt que de jouer les Cassandre en nous en dépeignant toujours les effets catastrophiques, pourquoi ne nous en décrit-on pas les effets bénéfiques du réchauffement (davantage de terres cultivables en altitude et dans les latitudes polaires, moins de morts de froid, nouveaux passages maritimes dans l'Arctique, moindre consommation d'énergies fossiles pour le chauffage, et, paradoxe des paradoxes, meilleure croissance des forêts puisque là où il y a de l'eau, les arbres poussent d'autant mieux qu'il faut chaud !) ?

Partager cet article

Repost0

Couleurs d'automne

Publié le par Les Malaugenoux

Partager cet article

Repost0

Dégroupement total

Publié le par Les Malaugenoux

Le soleil rouge qui se levait sur le Vercors, 

Quand j'allai chercher la baguette à Saint Victor,

 

Peignait marbre et granit des tombes du cimetière,

Où depuis longtemps repose mon grand-père,

D'un écarlate mordoré tellement intense,

Que j'ai bien cru, comme Napoléon à Valence

Face à la ruine de Crussol percée du couchant,

Que l'œil de Dieu me promettait gloire et argent.

 

C'était juste que le réseau neuf de fibres optiques

Dotait chaque tombe de la télé numérique.

Déjà que ce vieux cimetière est très couru

Par les défunts à cause de son imprenable vue,

Je me suis dit, qu'il fallait, sans hésitation

Retenir une place pour pas rater la connexion.

 

DSCN1635.JPG 

 

           Au "fin fond de l'Ardèche", entre singe hurleur et sapins Douglas, entre crapaud accoucheur et vipère aquatique,  mouche scieuse, guêpe maçonne et abeille charpentière, entre autour des palombes, geai imitateur et pic vert multicolore, entre réduve masqué, notonecte et  dytique, sphinx du tilleul, bombyx du hêtre et sycophante... 

  ...vingt mégaoctets par seconde, y'a de quoi faire baver !

   

(prochainement : quand EDF continue à prévenir mon grand-père des coupures d'électricité) 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Le retour de la vipère aquatique

Publié le par Les Malaugenoux

En réalité bien sûr, d'une, ce n'est pas une vipère malgré les apparences extrêmement trompeuses comme on en jugera un peu plus loin notamment avec ses écailles capitales (de sa tête :-D); c'est une couleuvre vipérine. Et de deux, elle n'était jamais partie. Je suppose que la plupart du temps elle se cache entre deux pierres et lorsque la faim la tenaille, elle part à la chasse aux alevins ou aux têtards comme j'ai pu la voir faire avant de la capturer à nouveau, comme je vais essayer de le raconter plus loin, afin de vider le lavoir.

DSCN1532.JPG

 

En réalité (ah, la fiction c'est tellement plus facile), comme me le dit l'image ci-dessus, la re-capture est intervenue avant l'essai de ré-étanchisation du lavoir dont témoigne le bloc de béton à gauche censé tenir éloignées les racines du tilleul centenaire trop proche.

   

DSCN1295.JPG

 

DSCN1292.JPG

 Une bonne tête de couleuvre mais une couleur d'aspic et...

DSCN1290.JPG

des écailles bien inquiétantes :

DSCN1294.JPG

et surtout, mais là il faudra me croire sur parole, une odeur pestilencielle tout droit sortie des enfers.

       Maintenant, sa capture, pour ceux que cela intéresse :

       J'avais à peine enlevé la bonde qu'elle avait compris ce qui allait se passer : il n'y aurait bientôt plus d'eau dans le lavoir. Comme quoi, hein, un cerveau reptilien, c'est déjà un cerveau ! Moi j'étais coincé sur la bonde; avec mes deux voûtes plantaires organisées en sphincter (si !), je triais. Je laissais passer l'eau mais pas les poissons dont le cerveau reptilien leur fait comprendre que si l'eau s'en va, c'est moins bête de tenter l'aventure et de suivre l'eau que de risquer de se trouver à sec. La vipérine, elle, a préféré chercher à regagner le sec : dans l'angle opposé au mien, elle s'est dressée pour essayer d'atteindre le rebord. Las, elle n'était pas assez longue et lorsqu'il n'y eut plus que le bout de sa queue, le tout petit bout, pour l'appuyer sur le fond et la maintenir droite, elle ne pouvait plus monter plus haut. J'ai remis la bonde pour aller l'aider. Elle a rejeté mon aide. Je l'ai poursuivie quelques instants mais comme je l'ai déjà expliqué, il m'est impossible d'attraper un serpent à mains nues dans l'eau. Par contre un peu plus tard, elle a renouvelé l'opération dans un autre coin, mais avec moins d'eau, sa tentative était encore plus vouée à l'échec. Elle n'a pas bougé quand je me suis approché, sans doute résignée, et d'un mouvement sec, je lui ai saisi la nuque, comme si c'était une vipère (ah, le cerveau reptilien des humains, ça vous oblige à de ces réflexes !), et elle était mienne pour ces quelques clichés.

 

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost0

The shit tour

Publié le par Les Malaugenoux

Un titre sans doute un peu agressif mais qui s'explique ainsi (patience le singe hurleur a bien été identifié : voyez le bas de la page) : lorsque je séjournais chez des membres du club cyclo de Cleveland, j'avais eu droit, un dimanche matin, au traditionnel "shit tour" puisque un des responsables du club travaillait à la station d'épuration de la ville et en était tellement fier qu'il la faisait visiter comme s'il s'était agi d'un musée d'art contemporain.

C'est un peu la même chose dans mon cas, sauf qu'il s'agit d'"assainissement individuel":

 

Tout d'abord creuser l'argile et mettre les pierres (en granit dont l'argile est le produit de décomposition) de côté...

DSCN1471

 Avec celles-ci, bâtir un muret bétonné-armé pour empêcher que l'argile liquifiée ne vienne tout enfoncer...

DSCN1468

  DSCN1484  

DSCN1486 

 

Lorsque tout est prêt, placer la fosse septique...

DSCN1459

  Et procéder aux divers raccordements...

  DSCN1491

  Un drainage de l'immanquable source trouvée au fond (ici, c'est le paradis des sourciers, tu creuses n'importe où, tu trouves !)

DSCN1493  DSCN1495

 

DSCN1499

Le regard de sortie...

DSCN1500

Et sa buse de vidange triennale...

 

 

 DSCN1504

Le raccordement au champ d'épandage...

 

.. en profitant de la tranchée pour la gaine du tuyau d'arrosage.

DSCN1505 DSCN1507

 

Sans oublier les raccordements en amont...  

DSCN1513

 

DSCN1515 DSCN1518

 

L'eau d'arrosage, rassurons nous, n'a pas la même provenance. A côté du lavoir antique, rappelons-nous, j'ai bâti un réservoir supplémentaire qu'il faut maintenant recouvrir d'un solide couvercle :

DSCN1536

contre-champ :

DSCN1537

 

Détails de la dentelle :

DSCN1539

 DSCN1540

DSCN1541

 

Reste plus qu'à couler le béton.

 

Bon, le singe hurleur maintenant : tout le monde aura sans doute reconnu ...

1- Des crottes de crapaud. Si ! Nous en avons été envahis cet été; il s'agit du crapaud le plus commun qui soit, le buffo buffo, plus gros que mon poing, d'où ces crottes assez volumineuses qui attestent de sa grande activité insectivore. Par temps de pluie, le plus ancien se fait toujours coincer sous la porte de la cave mais survit. Quand on le taquine trop, il éjecte d'impressionnantes quantités d'un liquide insipide et inodore comme du pipi de rossignol  (comme disait mon prof de latin à propos d'une rédaction médiocre)... qui pourrait bien être la fameuse "bave de crapaud" des traités de sorcellerie. Il faudra que je me renseigne.

2- Des oeufs de pigeon ramier, à moins qu'il ne s'agisse de tourterelles turques. Est-ce l'échelle que j'avais appuyée au pied du sapin, pourtant encore dix mètres plus bas que leur nid, ou mes deux tentatives vaines pour le trouver qui les a fait l'abandonner.

3- Un crâne de chat. Nettoyé à ce point-là, le crâne, sans dommage, cela ne pouvait être que par les asticots et les fourmis, et pendant longtemps. Peut-être notre premier mâle, Tigrou, qui avait cédé à l'appel des sirènes de la liberté.

4- Non, les hurlements, personne ne pouvait savoir. Moi-même, j'avais fini par me dire (ah la raison !) qu'il devait s'agir d'un chevreuil en rut. La solution nous a été donnée par notre voisine des Combeaux. La maison voisine de la sienne, restaurée avec une aide publique, avait été louée à loyer modéré à une petite famille qui avait à la fois un bébé et... un python. Lorsque les services sociaux ont exigé que le python soit vendu, le monsieur qui était une peu... fragile, l'est devenu complètement et s'est mis à hanter les bois tout autour, la nuit, en poussant des hurlements. Jusqu'à ce qu'on l'interne. Nous a raconté la voisine.

 

Je n'étais donc pas très loin de la vérité avec mon singe hurleur.

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Singe hurleur, appel à témoins

Publié le par Les Malaugenoux

Je l'appelle comme cela à cause des hurlements que nous entendons la nuit (non ce n'est pas un sanglier, c'est presque un cri humain), mais j'ignore (j'ignorais) tout de lui, alors je livre mes indices pour qu'on lui donne un nom.

 

Premiers indices, tous les matins, tout autour de la maison (frisson, il tourne autour de la maison toutes les nuits !), ses déjections :

 

DSCN1362.JPG

 

Elles paraissent contenir des restes de gros insectes.

DSCN1369.JPG DSCN1371.JPG

 

Plus bizarre, son nid, à plus de dix mètres de haut dans un pin Douglas :

DSCN1417.JPG

 

DSCN1419.JPG DSCN1416.JPG

 

Et enfin son crâne, découvert au seuil d'un terrier de blaireau :

 

DSCN1444.JPG

   DSCN1443

 

J'attends vos suggestions, vos échaffaudages de pensées et de supputations... (le mystère est éclairci en bas de The shit tour )
A propos, le 3 août au matin, le bûcher était toujours debout :

  

DSCN1421.JPG

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost0

Forest-party in Mountchicken

Publié le par Les Malaugenoux

Un grand jeu comme nous aimons, dont l'épreuve physique consistait à bâtir le bûcher le plus haut...

2010-ete 2976

D'abord s'approprier le plus de bûches possible,  

2010-ete 2977

  Deux équipes, deux règles : 1- une base de quatre bûches maximum,

  2010-ete 2978

  2010-ete 2979

  (Mais déjà deux techniques très différentes...

  2010-ete 2980

  2010-ete 2981

  avec deux maîtres d'oeuvre bien définis,

  2010-ete 2991  

2010-ete 2982   

2010-ete 2983

  ... et des petites mains bourdonnantes comme des ouvrières.

  2010-ete 2984

 l'une paraît inquiète : et si tout dégringolait ?

  2010-ete 2985

  2010-ete 2986

    2010-ete 2987   

2010-ete 2988

  La tentative d'aller piquer des bûches à côté vient d'échouer...

  2010-ete 2989  

2010-ete 2990 

  2- La pile doit tenir seule le temps de la mesurer.

2010-ete 2992

   2010-ete 2994

  Trois mètres exactement, l'équipe n° 1 est la gagnante.

Partager cet article

Repost0

Le Sirex géant

Publié le par Les Malaugenoux

DSCN1358.JPG

Dans l'immense ordre des Hyménoptères (à ailes membraneuses, himen = membrane), donc cousines des fourmis, guêpes, abeilles et autres sphégiens) on trouve, très semblable au pompyle du sous-ordre des Apocrites, pas hypocrite pour deux sous, 

DSCN1354

l'autre sous-ordre des Symphytes qui, eux, n'est-ce pas que cela vous passionne, n'ont pas la fameuse "taille de guêpe" et ont le thorax relié à l'abdomen sur toute la largeur, un peu comme des humains trop bien nourris.

DSCN1355

La particularité de ce Symphyte pouletmontois, l'urocerus gigas, c'est évidemment son adaptation... au bois. Sa tarière, ou ovipositeur, ressemble à une minuscule scie qui lui permet de pénétrer dans les bois "de charpente neuve".

DSCN1356

Nous avions déjà la guêpe maçonne et l'abeille charpentière, nous voici maintenant épaulés par la « mouche scieuse ». Les travaux ne peuvent qu'aller bon train. Mais à quand la fourmi carreleuse, le papillon plombier ou le scarabée électricien ?

 

 

 

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost0

<< < 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 > >>