L'ordre chevaleresque de la Salamandre Écarlate

            Pour être sérieux un instant, il faut convenir que la noblesse des sentiments, la noblesse d’âme, la noblesse tout court n’est pas le monopole, ni même parfois l’apanage, de ceux qui portent un titre de noblesse. Et qu’est-ce qu’un titre de noblesse, à l’origine, sinon le nom des terres qu’on vient d’arracher par la violence, le meurtre ou la ruse, en bref par la guerre, à son ancien occupant ? Qu’est-ce qu’un titre de noblesse, à l’origine, sinon une fioriture et un essai de transcendance ajouté à la voracité, à la cupidité, à l'apptit d’un petit chef de guerre qui sait mieux se battre, qui sait mieux mal faire que les autres ? Et voilà notre chef de hordes franques qui devient  « de France ». Avec toutes les billevesées, toutes les bondieuseries destinées à faire croire à quelque improbable sang bleu, à quelque choix des supposées puissances surnaturelles, mais rien de plus finalement à ces niveaux-là qu’une gigantesque supercherie. Aux origines.

             Maintenant, je concède que fors les origines, le titre hérité ou le titre mérité s’est souvent accompagné de la noblesse d’âme. De la noblesse qui conduit les officiers aristocrates à monter à l’assaut sabre au clair sous la mitraille à la tête de leurs escadrons. De la noblesse qui conduisent certains barons d’industrie ou serviteurs de l’état à particule à sincèrement mettre leur vie au service de la communauté. Mais enfin, tout bien pesé, il n’y a rien de scandaleux, ni même rien de nouveau (à ceci près que ma terre je ne l’ai pas acquise par la violence ou l’intrigue) à ce que j’accole à mon patronyme le nom de mon lieu d’habitation. Et je voudrais même que cela soit un exemple, et que chacun, en se parant d’un pseudonyme noble s’engageât à l’honorer par de nobles sentiments. Ce serait un formidable outil d’éducation et d’égalité. On pourrait s’appeler Durant de Montpellier, Martin du Gard, Adamcewski  de la Sorbonne mais aussi Mourad de Saint-Germain ou Leïla de Garges-lès-Gonesse. Un outil contre la raréfaction des patronymes qui paraît-il nous menace.

           Et quand, en plus, on s'est auto-proclamé Prince, comment ne pas annoblir ses amis

L’ordre chevaleresque de la Salamandre Écarlate

 

—La salamandre écarlate, animal longtemps cru mythique et seulement cité dans les textes apocryphes relatant la fondation de Montpoulet, aurait, en des temps préhistoriques, jalousement veillé sur deux bébés jumeaux, Mont et Poulet. Ces deux jumeaux auraient découvert la source et décidé d’y construire l'oppidum dont on peut encore admirer les remparts sur le serre de Montpoulier. Selon certains historiens, la salamandre écarlate leur aurait même donné le sein, ce qui en ferait à l’instar de l’ornithorynque, une créature de transition entre deux ordres biologiques. Selon d’autres historiens révisionnistes, les deux jumeaux se seraient contenté des sécrétions acides du batracien, ce qui expliquerait le gros besoin de PH+ de notre piscine—



 Écuyers et Écuyères

Jimmy Simao,  Laetitia Simao et ses trois copines

Simon et Léa Vieljeuf

Alice et Marianne Rouchier

Elsa Orand 

 

Chevaliers et Dames

Serge Laplanche, notre ambassadeur au Canada

Chantal Turco et Gilles Ronzel

Thierry Larher et Michèle Pisigo

Daniel et Françoise Vantard

Michel Aguettaz

Richard Aye 

Catherine Tissier

Mickael Duval

Françoise Degache

Jean-Charles et Nadia Robin

Michelle et Bernard Lafrasse

Léonce  Descendre

Christophe et Chantal Leydier

Michel Vic et Françoise Mazel-Vic

Isabelle Rouchier et Pierre

Philippe Rouchier et Martine

Jean-Luc et Monique Orand

Sonia Félix-Naix et Ben son chevalier servant

Aurélie Abonnat

Catherine Risch

 

2016 

Chantal et Patrick Ravella

Gérard Mathie et Patricia

Alexandre et Gabriella

Annie et Dominique Bouvier

Brigitte et Bruno Thomas

Michel

 

 

Grands du Royaume :

Vicomte et Vicomtesse de la terrasse du Poulailler :

Loïc Jollivet, Médecin du Prince,

Philippe et Odile Bauerlé, joailliers du Prince

 

Baron et Baronne de la Clairière du Puat :

Christelle et Antoine Simao

 

Marquis de la Ronce, Jardinier de la Principauté et Grand Veneur : 

Roger Roux

 

     Grand Duc chargé de la protection des mésanges bleues et                  charbonnières, pinsons, rouge-queues et troglodytes, Ambassadeur pour l'Auvergne : Jean-Yves Arnaud. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :