Catapulté

Publié le par Prince Bernard

DSCN2774.jpg

 

Ceux et celles à qui je fais de la peine chaque fois que je tonitrue mes exploits d'abatteur d'arbre, je les rassure : les arbres savent se défendre, il y en a encore un qui vient de me mettre au tapis et il a fallu miracle pour que je m'en sorte vivant et valide. La Principauté, c'est ma fierté, est demeuré un espace primaire d'aventures où l'on se gausse du principe de précaution.

Mais cela fait mal parfois.

Il était déjà arrivé qu'un arbre me cloue au lit, et là c'est un autre qui m'a asséné un tel coup de bélier qu'il m'a catapulté sur plusieurs mètres. Vocabulaire médiéval, n'est-ce pas ? Celui qui m'avait cloué au lit, si on a le temps, on peut aller lire 
là ce qu'il est advenu (non, pas brûlé mais, comme les taureaux qui se battent bien et encornent le toréador, il a été épargné et il trône dans la salle à manger).
Celui-ci, ce n'est pas moi qui l'ai abattu, je le jure, mais il fallait bien que j'en fasse quelque chose. C'est le vent ou la neige, je ne sais plus, qui l'avait carrément déraciné et cela vous a une telle allure, un gros arbre déraciné, avec ses racines à l'air, un peu comme un homme sans pantalon, quoi, qu'il fallait bien faire quelque chose. J'ai commencé à le débiter par la pointe, en mesurant bien les bûches, carter sur coupe fraîche, coup de chaîne au bout du guide, un pied six pouces (le poêle-cheminée est de conception belge) et puis je suis arrivé sur l'obstacle.

L'arbre était tombé entre ses frères qui l'avaient plié, cintré, bandé comme un arc ; il était comme un ressort comprimé, un membre arqué contraint par un boxer trop exigu, tout prêt à sauter, à se détendre. Pour se défendre. Et à cet endroit le tronc faisait bien 30 cm de diamètre.

J'ai pris le temps de réfléchir, je craignais de coincer la chaîne. J'ai bien identifié où les fibres allaient se resserrer sur elle. Il me fallait donc faire l'entame là mais ne pas y rester. J'ai trop pensé à la chaîne et pas assez à moi, je me suis placé de l'autre côté, du côté où ça ne risquait pas de coincer la chaîne, certes, mais vers où le coup allait partir.

Comme une explosion, dans les côtes côté cœur. J'ai été projeté à deux bons mètres, étendu dans les babets, souffle coupé, l'esprit vacant puis soucieux de sang : où la tronçonneuse, rabattue sur moi par le tronc, m'avait-elle entaillé ? Nulle part, merci Herr Stihl pour votre blocage de chaîne sur rebond. Par contre, tout soudain, la douleur dans les côtes !!!

Cet arbre-là, pour l'instant j'ai épargné ce qu'il en reste, le plus gros ; juste ébranché, et j'attends l'avis des aficionados, pouce en l'air ou pouce en bas ? Et pour en faire quoi ?

Pour l'instant, j'en ai fait ce bac à fleurs, mais il en reste dix fois plus long.

DSCN2770.jpg

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bien à vous 26/03/2013 19:36


Le plus grand ouvrier de la nature est le temps....


 car Je suis l'homme de la nature avant d'être celui de la société .....


Tout comme vous ....


Bien à vous......

Ardéchois du Nord 23/03/2013 22:28


=> Un arc ??? ou une catapulte /??? mais cette fois-ci trouve d'autre "flèche" ou "boulet" 

Prince Bernard 24/03/2013 12:28



Bonnes idées ! Sauf que pour bander un tel arc, faudrait être costaud !