Epervier, niches et tou

Publié le par Les Malaugenoux


       Comme pour deux mésanges bleues précédemment, et au contraire d'une charbonnière qui avait survécu, la grande porte coulissante vitrée se révèle fatale pour un rapace. Nous le croyions un faucon, c'était un vrai, un épervier :


Poids plume, incroyablement, mais serres et bec acérés :
 

Le mur de soutènement de la terrasse géothermie se dresse enfin,


au béton invisible sauf au sommet, ligne d'écriture,


aux six niches en pierres plates de tou et à l'escalier intégré dans l'épaisseur comme tout autant de figures de style :

Publié dans Faune pouletmontoise

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article