3- Un drame à Montpoulet

Publié le par BMx

          

Il y a entre le Japon et le Haut-Vivarais au moins deux points communs. D’abord les cerisiers, dont les fleurs blanches, au moment où j’écris ces lignes, se confondent avec la neige tardive d’avril, et semblent la remplacer comme pour un dernier adieu avant l’été. Ensuite l’extrême courtoisie dont je ne citerai ici qu’un exemple troublant, c’est le petit coup de clignotant à droite pour indiquer au conducteur suivant qu’il peut dépasser. Partout ailleurs en France, les conducteurs ne supportent pas qu’on les double, en Ardèche du nord, ils savent partager la route, courtois comme des Japonais.

           

‑ Bonjour Monsieur, nous sommes vos nouveaux voisins de Montpoulet.

‑ Chic, on va avoir des voisins ! Mais Montpoulet, c’est où ça ? Entrez boire un verre, vous m’expliquerez.

           

           

La maison ressemblait au temple d’Angkor, (toujours dans la même direction, par temps très très clair) avec des pierres envahies de racines. Un énorme tilleul avait par exemple décidé de s’alimenter au lavoir qui s’était ainsi peu à peu comblé. Après avoir repoussé deux marches de l’escalier, au nord, un sureau étendait son ombrage sur toute l’aire de battage. Un merisier barrait l’entrée de la cuisine. Un noyer occupait l’étable et une série de frênes encerclait la ferme comme pour l’assiéger. Les plus efficaces, à ce jeu-là, étaient les sureaux. Leur feuillage bas interdisait même de reconnaître la « tsorera » du reste. Chaque éboulis avait produit son sureau. Il en était même un qui couvrait le « bachat » où la source ne coulait plus. Ce fut notre deuxième chantier ; refaire couler la source, ré-entendre son murmure, c’était déjà redonner une âme aux lieux.

Nous creusâmes à l’endroit où l’eau semblait sortir de terre. Un mur s’y était éboulé mais la source s’obstinait à voir le jour. Finalement, Françoise retrouva la crépine primitive d’embout du tuyau de plomb qui allait au bachat ; elle enleva encore une casserole de boue, et un bruit de succion nous indiqua que la respiration reprenait. Nous avions ressuscité Montpoulet et quand l’eau arriva au bassin, c’est nos coeurs qui battaient plus fort.

           

 

            Nous nous sommes absentés un ouiquende. Au retour, nous avons trouvé nos voisins très inquiets. Le petit-fils d’une voisine était parti dans les bois sur un coup de tête et on craignait le pire. Peut-être le trouverions-nous dans notre tente à Montpoulet, nous dit Denise Bancel, puisqu’il était parti dans cette direction. Notre bivouac était intact. Nous avons repris nos travaux. Mais, au-dessus de nos têtes, les buses tournoyaient en poussant des cris perçants. Françoise, très intuitive, se sentait mal. La nouvelle tomba le lendemain, le jeune homme avait été retrouvé pendu tout près. Les journaux et la radio locale parlèrent pour la première fois de Montpoulet à l’occasion de ce décès et mit toute ma famille en émoi : tous pensèrent un instant que c’était moi le disparu. Et nous n’avions pas de téléphone pour les rassurer. Mais malgré ces funestes auspices, nous poursuivions notre découverte goulue de la propriété. Nous allions découvrir de vrais monstres. Mais je vous raconterai cela dans le prochain article.

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article