Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

41é épisode : The Mountchicken Principality

Publié le par Prince Bernard

 

Françoise et Bernard ont racheté en 1994 la ferme totalement en ruines de l’arrière-grand-père de Bernard, à Montpoulet. Ils viennent d’abord y passer leurs vacances et débroussaillent. Ils retrouvent la source, une faune fabuleuse, des voisins hospitaliers tandis que la configuration cabalistique des fondations les fait espérer un trésor. Ils viennent s’installer dans une caravane en 1997. Leur permis de construire, refusé trois fois, est finalement accordé sous conditions drastiques, et les travaux vont bon train malgré l’amateurisme de ces néo-ruraux. Après avoir retourné son tracteur trois fois, Bernard fait écrouler toute une façade ; deux pins manquent tout juste de lui coûter la vie, leur poulailler est razzié par des prédateurs mais heureusement ils bénéficient de l'aide d'autres animaux qui témoignent de l'état naturel bien préservé de Montpoulet. Ils bénéficient du formidable coup de main d'un personnage haut en couleurs qui leur fournit la goutte qui fit déborder le vase (voyez les épisodes précédents : http://www.magnouloux.fr/lachroniquedemontpoulet).

 

La Principauté de Montpoulet est une principauté auto-proclamée. Comme celle de Monaco, rien de plus, rien de moins. Ah si ! Nous, nous l’avons acheté, alors qu’à Monaco, ils l’ont prise d’assaut… Nous en sommes donc Prince et Princesse. Un adoubement que je me suis amusé à justifier ainsi :

Pour être sérieux un instant, il faut convenir que la noblesse des sentiments, la noblesse d’âme, la noblesse tout court n’est pas le monopole, ni même parfois l’apanage, de ceux qui portent un titre de noblesse. Et qu’est-ce qu’un titre de noblesse, à l’origine, sinon le nom des terres qu’on vient d’arracher par la violence, le meurtre ou la ruse, en bref par la guerre, à son ancien occupant ? Qu’est-ce qu’un titre de noblesse, à l’origine, sinon une fioriture et un essai de transcendance ajouté à la voracité, à la cupidité, à l'appétit d’un petit chef de guerre qui sait mieux se battre, qui sait mieux mal faire que les autres ? Et voilà notre chef de hordes franques qui devient « de France ». Avec toutes les billevesées, toutes les bondieuseries destinées à faire croire à quelque improbable sang bleu, à quelque choix des supposées puissances surnaturelles, mais rien de plus finalement à ces niveaux-là qu’une gigantesque supercherie. Aux origines.

Maintenant, je concède que, fors les origines, le titre hérité ou le titre mérité s’est souvent accompagné de la noblesse d’âme. De la noblesse qui conduit les officiers aristocrates à monter à l’assaut sabre au clair sous la mitraille à la tête de leurs escadrons. De la noblesse qui conduisent certains barons d’industrie ou serviteurs de l’État à particule à sincèrement mettre leur vie au service de la communauté. Mais enfin, tout bien pesé, il n’y a rien de scandaleux, ni même rien de nouveau à ce que j’accole à mon patronyme le nom de mon lieu d’habitation. Et je voudrais même que cela soit un exemple, et que chacun, en se parant d’un pseudonyme noble s’engage à l’honorer par de nobles sentiments. Ce serait un formidable outil d’éducation et d’égalité. On pourrait s’appeler Durant de Montpellier, Martin du Gard, Adamcewski de la Sorbonne mais aussi Mourad de Saint-Germain ou Leïla de Garges-lès-Gonesse. Un outil contre la raréfaction des patronymes qui paraît-il nous menace. Nous avons d'ailleurs là un célèbre précurseur avec Voltaire. De son vrai nom Harouet, il se faisait appeler de Voltaire et au rejeton d'une puissante famille aristocrate qui le lui reprochait, il répondit « Je commence mon nom, vous terminez le vôtre ». Cela lui valut d'être bastonné puis exilé. Que je sois exilé de Montpoulet me peinerait beaucoup mais je persiste.

 

Très rapidement d'ailleurs l’usage officialisa la chose. Au départ, il suffisait de dire que le lieu était « dit » Principauté de Montpoulet. Incontestable. Nous avons donc fait adresser nos factures au « lieu-dit Principauté de Montpoulet » puis sous-entendu, comme c’est la coutume partout, l’intitulé « lieu-dit ». Les factures téléphoniques ont servi d’attestation de domicile, et j’ai obtenu une carte d’identité qui donnait pour mon adresse « Principauté de Montpoulet ». Cela amusa beaucoup le maire et sa secrétaire, si bien que lorsque ce fut le tour de Françoise, qui, elle, ne goûtait pas la plaisanterie, ils ont insisté pour qu’elle fasse de même. Nous avons maintenant nos deux passeports à cette prestigieuse adresse. Et le maire m’a longtemps demandé comment il devait m’appeler, Monsieur ou Monsieur le Prince ? J’ai toujours répondu « Faisons simple si vous voulez bien, appelez-moi Monseigneur ! »

Une fois la Principauté de Montpoulet devenue officielle et notamment sur les cartes, il fallut bien songer à une alliance. Le Commonwealth, cette association d’anciennes colonies britanniques, s’imposa puisque l’anglais est la deuxième langue la plus parlée à Montpoulet. Et pour y nous préparer, la Route Nationale 1 (de Montpoulet) s'est parée de nouveaux panneaux bilingues :

41é épisode : The Mountchicken Principality
41é épisode : The Mountchicken Principality
41é épisode : The Mountchicken Principality

En fait l'idée est venue lors de mon anniversaire l’été 201x où je suis devenu un peu plus qu’un quinquagénaire. Tel un monarque libéral, j’ai décidé d’accorder l’indépendance… enfin, plus exactement, j’ai dévolu les pouvoirs de direction… aux roues avant de mon tracteur. Elles vont maintenant où elles veulent. Il faut dire qu’elles militaient depuis longtemps. Elles font partie du Mouvement pour les Droits Inédits, un moyen normalement commode pour donner à ses leaders de confortables postes de fonctionnaires. Par exemple : « le droit de rouler à gauche quand l’autoradio diffuse une chanson anglaise » ou, beaucoup plus classique, « le droit de partir à la retraite avant tout le monde pour avoir le temps de s’entraîner à ne rien faire ».

Histoire de satisfaire tout le monde, j’ai décidé de ne diffuser que de la musique anglaise et d'instituer la conduite à gauche pour tous, la seule qui soit parfaitement naturelle et qui préexistait partout avant que Napoléon ne bouleversât tout.

 

Participant toujours de notre effort à nous faire accepter du Commonwealth et donc à nous doter d’une culture britannique, nous avons ensuite inauguré notre golf, un modeste pitch and putt pour commencer. Modeste mais retors. Avec nos pentes à dahuts, les golfeurs doivent s’encorder avant de songer à frapper leur petite balle et la doter d’une petite ficelle en nylon solide pour le cas où elle dégringolerait jusque chez nos voisins d’en bas. Du golf-jokari en somme.

La troisième mesure d’anglicisation nous a été imposée par les événements. Notre poulailler étant, nous l'avons vu, constamment l’objet d’attaques de prédateurs, nous nous sommes protégés des rapaces en installant des filets, et des chiens errants en renforçant la porte qu’ils avaient défoncée. Mais les renards ont pour eux la ruse d’agrandir la moindre des mailles faibles de la grille, patiemment, jusqu’à obtenir un trou par lequel ils arrivent non seulement à entrer mais à extirper les corps de leurs victimes. Il fallait donc prendre une mesure énergique et d’envergure.

Aussi avons-nous décidé d’institutionnaliser la chasse au renard. C’est à Roger que revint le mérite du premier gibier, un superbe mâle qu’il a occis d’un coup de... binette, quasiment sans le vouloir, d’un geste réflexe lorsque le renard, prisonnier du poulailler, il ne retrouvait plus son trou, sautait de tous côtés. Bon, la méthode n’est pas très anglaise. La chasse au renard chez les sujets de sa majesté ne se faisait pas à binette mais à courre. Mais il fallait bien adapter la tradition au terrain particulièrement accidenté de Montpoulet. Donc la binette.

Roger, déjà fait par nous Marquis de la Ronce pour son travail consciencieux au jardin, fut ainsi nommé « Grand Veneur » pour le courage exceptionnel dont il fit alors preuve. Et la nouvelle se répandit chez les goupils. Plus aucun d'entre eux ne s'est plus risqué à portée de binette.

Les britannisations suivantes tiennent au progrès de la technique. Maintenant que nos véhicules sont équipés du positionnement par satellites, il nous a fallu revoir quelques certitudes : le col d’entrée dans la Principauté est à 663 m d’altitude et non pas à 650 m comme je l’avais hâtivement calculé sur carte en espérant qu’il devînt ainsi lieu de rassemblement pour la Confrérie des 650 (il s’agit du diamètre de leurs roues, en millimètres, en derniers défenseurs du système métrique pour le vélo) et la distance au premier village français, Saint-Victor, n’est pas de 2 km mais très précisément de 1604 m. Il s’agit donc pile d’un mile anglais, de quoi accélérer notre adoption des mesures impériales : nos pneus et nos écrans s’étaient déjà mis aux pouces sans que nous ayons à intervenir et il ne nous reste plus qu’à adapter la mesure du débit de notre source miraculeuse.

Après 100 mm de pluie en cinq jours, elle est à son maximum, presque 10 m3 par jour : Comment le sais-je ? Parce que je mesure le débit à l'aide d'un mug d'environ 30 cl (bientôt « half pint »). Et le nombre de secondes qu'il est nécessaire à la source pour remplir la mesure me permet, grâce à une sorte de Pierre de Rosette opportunément placée, non pas (encore) au British Museum, mais à proximité, de trouver le débit (oui, encore en litres, mais bientôt en quarts et gallons).

41é épisode : The Mountchicken Principality

L'information ne serait pas complète sans le débit des mois de septembre, en fin d'été : autour de 300 litres/jour. Comme cela suffit à peine pour les douches, les chasses et les lessives, boire du vin devient impératif et c'est alors que la source fait des miracles.

 

J'allais oublier un détail qui nous classe irrémédiablement dans le camp britannique : des points à la place des virgules pour séparer les entiers des décimales. Déjà plein de gens font comme nous, même les supermarchés !

Et puis, naturellement, notre Principauté éveilla les appétits financiers : il semblerait que le seul terme de Principauté évoque aussitôt chez certains la perspective de gruger le fisc et d’éviter de contribuer au bien public, ce qui, comme on le sait maintenant bien mieux qu’avant, consiste à payer des intérêts aux banques dont nos gouvernements successifs, par leurs largesses tous azimuts, se sont rendus les débiteurs. Alors nous acceptons et décrétons :

Nous, Bernard 1er, Prince-Evêque de Montpoulet, Messycle de l’Église des Cataphotes Resplendissants, décidons de rémunérer les sommes qui nous seraient confiées à l’indice M (comme Madoff) + 10 par semaine. C'est-à-dire que pour 1000 Euros que l’épargnant nous remettrait, nous lui retournerions, dès la semaine suivante, le temps de vérifier que son chèque n’est pas en bois, du bois nous en avons déjà beaucoup, la somme de 1200 unités de monnaie du pape (UMP), en espèces.

 

41é épisode : The Mountchicken Principality

J’ai enfin rempli le formulaire d’adhésion au Commonwealth et l’ai expédié à Londres, au Palais de Buckingham, accompagné des pièces justificatives des opérations décrites ci-dessus. Il n’y a plus qu’à attendre la réponse. Et tout à l'excitation de converser avec les grands de ce monde, tout gonflé de la prétention de mon titre nobiliaire, j'écrivis aussi à l'Armée de l'Air pour poser réclamation. Je vous raconte cela la prochaine fois.

Partager cet article

Repost 0

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

Publié le par Prince Bernard

 

Françoise et Bernard ont racheté en 1994 la ferme totalement en ruines de l’arrière-grand-père de Bernard, à Montpoulet. Ils viennent d’abord y passer leurs vacances et débroussaillent. Ils retrouvent la source, une faune fabuleuse, des voisins hospitaliers tandis que la configuration cabalistique des fondations les fait espérer un trésor. Ils viennent s’installer dans une caravane en 1997. Leur permis de construire, refusé trois fois, est finalement accordé sous conditions drastiques, et les travaux vont bon train malgré l’amateurisme de ces néo-ruraux. Après avoir retourné son tracteur trois fois, Bernard fait écrouler toute une façade ; deux pins manquent tout juste de lui coûter la vie, leur poulailler est razzié par des prédateurs mais heureusement ils bénéficient de l'aide d'autres animaux qui témoignent de l'état naturel bien préservé de Montpoulet (voyez les numéros précédents de l'Écho des Trois Clochers, ou bien http://www.magnouloux.fr/lachroniquedemontpoulet). Ils bénéficient aussi du formidable coup de main par un personnage haut en couleurs.

 

Nous assistions à l'assemblée générale de Chantelermuze, l'association culturelle du village, quand il a pris la parole. Nous n'étions arrivés que depuis quelques semaines et en l'entendant, je me suis dit alors là ! alors là, j'y suis bien, au fin fond de l'Ardèche ! Il y a encore des gens qui parlent avec cet accent du fond des âges ! Cet accent est un mélange de plusieurs choses, une intonation différente, un rythme différent et la prononciation originale de certains sons. Le plus spectaculaire est la disparition de certains « r ». Par exemple mercredi se dit « me'credi », comme s'il y avait un « r » de trop qui rendrait le mot trop dur à l'oreille, à la façon des Incroyables d'après la Révolution, ou des Antillais.

Il s'agissait de Pierre le vannier. Il animait l'atelier de vannerie à Chantelermuze et c'est là que Françoise fit sa connaissance, ce qui l'amena à Montpoulet.

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

Un mot d'abord sur l'atelier de vannerie. Il s'y perpétue un artisanat qui n'a plus l'incontournable nécessité d'autrefois mais qui présida... aux débuts de la conquête spatiale. Parfaitement. Je vais le démontrer tout à l'heure.

Laissez-moi d'abord expliquer que la fabrication traditionnelle des paniers emprunte ici deux techniques différentes. La première produit d'ailleurs des paniers qu'on n'appelle pas paniers mais « benelles ». Il s'agit d'une armature en châtaignier, c'est à dire de rejets partagés en deux pour la anse et le rebord, et de lamelles en pin sylvestre, découpées à l'Opinel dans des troncs dont le choix requiert des connaissances précises et peu répandues. L'intérêt de cette première technique, c'est qu'on peut produire des paniers en abondance et les vendre moins chers que les autres.

 

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

La deuxième technique est moins rentable en ce qu'elle nécessite de plus nombreuses heures de travail. Il faut en effet tresser autour de la même armature en châtaignier une sorte de paroi en osier, appelé ici « (a)marine », et qui n'est ni plus ni moins que la fine repousse d'un saule pleureur qu'on aura taillé ras. Le panier ainsi tressé est d'une résistance exceptionnelle et notamment parce que l'ensemble est élastique. D'où la conquête spatiale, mais oui.

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

C'est la ville d'Annonay, à une demi-heure au nord, qui s'enorgueillit d'être le berceau de la conquête spatiale. À double titre, mais je vous réserve le deuxième pour plus tard. Ce n'est en effet ni à Cap Canaveral, ni à Kourou, ni à Baïkonour que l'homme s'est pour la première fois affranchi de la pesanteur, qu'il a échappé pour la première fois à l'attraction terrestre. C'est en Ardèche, en Annonay, grâce au ballon gonflé d'air chaud des frères Montgolfier. Annonay, où se rejoignent deux torrents d'eau limpide, la Cance et la Deume, qui est depuis l'antiquité un lieu favorable à l'industrie du cuir puis du papier que fabriquaient les Montgolfier. Et pour clore sur le lien entre vannerie et conquête spatiale, tout le monde peut constater que les nacelles des Montgolfières furent, et sont encore, réalisées en osier pour sa robustesse et son... effet d'amortisseur à l'atterrissage.

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

À propos, il me faut conter que lorsque, enfant, je rendais visite à mes grands-parents, ici à Saint-Victor, c'était déjà pour moi de la conquête spatiale. Nous nous rendions à vélo dans le village d'Andance, de l'autre côté du Rhône, ce fleuve qui a longtemps fait frontière avant de faire lien entre Drôme et Ardèche. Mon père allait boire un coup dans un café pour avoir l'autorisation de laisser les vélos à l'abri de leur garage et nous prenions un car pour Annonay. Là, il fallait patienter plusieurs heures dans la salle d'attente de la compagnie des cars pour prendre la correspondance pour Lamastre. Le nom de la compagnie existe encore au fronton d'un immeuble qui domine la Place des Cordeliers. Le car nous débarquait à la Croix de Navas. J'ai encore en mémoire l'odeur si particulière qui me prenait alors aux narines : un mélange d'aiguilles de pin, de bouse de vache et de sable granitique. J'arrivais sur la planète Mars...

Dans le hameau de Navas, mes grands-parents n'avaient pas l'eau courante, labouraient leurs champs en attelant deux vaches à un joug de bois et fabriquaient leur beurre en secouant une bouteille de lait. La vie était rythmée par l'angélus que sonnait la petite chapelle du hameau et par l'étrange musique que produisait le Fonsou ou le Tuné, je ne sais plus lequel, des deux frères était simple d'esprit, en frottant et en frappant une pièce de métal avec une pierre.

 

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

 Pierre le vannier fait maintenant le lien entre mes visites d'enfance et le présent en nous racontant des histoires. Il vient souvent à Montpoulet. Il est d'abord venu nous aider à brûler. Comme nous avons fait abattre les arbres qui entouraient la ruine et comme dans ces cas-là on ne débarde que les troncs, il demeurait sur place d'énormes tas de branches, que Françoise appelait un Mikado géant, dont il fallait bien se débarrasser. Tous les mois nous sollicitions l'autorisation de brûler et tous les jours nous téléphonions aux pompiers pour les prévenir que nous mettions le feu. Pierre approchait de ses soixante-dix ans et il tenait pourtant une forme physique étonnante. Que lui garantissait le seul exercice physique qui vaille, celui du travail au grand air. C'est sans doute son dernier emploi qui lui avait valu la ceinture abdominale d'acier qu'il venait entretenir chez nous. Il travaillait chez le charpentier du village et lorsque ce dernier s'était lancé dans la commercialisation de la ronce de noyer, il avait fait appel à Pierre. La ronce de noyer, c'est ce bois si particulièrement veiné qu'on trouve dans la protubérance à la jointure tronc et racines. Ce qui interdit qu'on abatte ou arrache l'arbre, par crainte de déchirer les fibres aux circonvolutions et dessins si particuliers. Je me souviens d'un film publicitaire pour une marque anglaise de voiture de luxe dont on vantait l'habillage intérieur en ronce de noyer. Cela devait tenir d'une mode qui soutenait alors la demande. Le patron de Pierre repérait les noyers dans les fermes, les achetait, et Pierre arrivait, avec pour principaux outils la pelle et la pioche, les meilleurs appareils que je connaisse pour se faire les abdominaux.

« Je commençais par creuser au pied de l'arbre, raconte Pierre, jusqu'à ce que j'arrive à la pivotante, la racine qui s'enfonce tout droit pour chercher l'eau. Le trou était alors aussi profond que moi. Après, j'avais plus qu'à faire le tour de l'arbre, en coupant les racines à l'ébrachou. Je faisais une pause à midi, mangeais mon casse-croûte et faisais une petite sieste. En fin de journée, je tranchais une dernière racine et l'arbre se couchait sur un côté, y'avait plus qu'à le charger. » 

 

40é épisode : Vannerie et conquête spatiale

 Pour qui sonne le glas ?

« Le Branca, il était bien copain avec votre arrière grand-père, me dit-il une fois sans parvenir à me tutoyer. Une fois il était venu tuer le cochon à Montpoulet, il avait bien neigé, et vous savez, tuer le cochon, en ce temps-là, c'était pas que tuer le cochon. Le Branca, quand il sortait du bois, avec ses bœufs, c'était du 18 ou 20 litres de vin par jour qu'il buvait ; avec ses deux ouvriers, mais quand même... Donc, il était reparti en pleine nuit après avoir tué le cochon et bien bu. Mais le lendemain, le Branca, qui était le beau-père du sabotier, il était pas chez lui. Ses garçons viennent ici, personne, alors ils le cherchent partout et ils finissent par le trouver, sous la neige et les broussailles. Il avait tiré tout droit, au sommet, vous voyez, là où y'a le châtaignier, donc il était tombé dans le chalet d'en-dessous, puis dans celui encore en-dessous et là, avec la neige et les buissons, plus moyen d'en sortir, donc il s'était endormi sur place. Ils l'ont amené à la maison et l'ont mis près du feu, comme un petit cochon à la broche. Il était gelé, mais il s'en est tiré. Un petit bonhomme c'était, mais dur, mais dur ! »

« C'est pas comme Le Vové, lui les gendarmes lui mettaient les menottes, il demandait à pisser, on lui enlevait les menottes, il leur pissait sur les pieds, ils faisaient un pas en arrière et il foutait le camp… Ma mère en avait peur, tout le monde en avait peur, il mettait le feu à tes meules de foin si tu lui payais pas à boire ; il arrivait en chantant la Messe des Morts, tu l’entendais de loin, t’avais plus qu’à sortir la bouteille et pendant que tu trayais tes vaches, il buvait la bouteillle dans son coin et après il disait « je vous embête, allez » et il partait dans la ferme d’à côté. Mort d’un coup de couteau, par son meilleur copain, à même pas cinquante ans. Il habitait à Berger. Une fois il a fait sonner le glas pour la mort de son père. Le père arrachait des patates, il lui dit t’entends le glas — Oui, qui c’est qui peut bien être mort ? — C’est toi ! Ah ah aha... Il l’avait dit à Fonsou, et Fonsou a pas cherché à comprendre. »

Fonsou le frère du « Tuné », tout le temps en train de frotter quelque chose ou à sonner les cloches. C'est à cela que par tradition qu'on employait les simples d'esprit. On en faisait des sortes de bedeaux, d'où le cruel sobriquet donné aux Ardéchois par les Drômois.

 

« C'est presque la même histoire de glas qui s'est passée pour votre arrière grand-mère, en... attendez, oui, l'année du grand froid où la glace tapissait le mur de ma chambre. C'est Chabannes le taxi qui était venu quand elle était tombée dans le feu, sans doute trop fiaule. Mais pas question de ramener le corps à Montpoulet, il avait trop bataillé pour sortir du trou, alors il la porte chez sa fille, à Navas, votre grand-mère. Le glas sonne à Navas, on compte les coups, c’est une femme. Quelle femme pouvait bien avoir passé à Navas, on n'arrivait pas à savoir... »

Après nous avoir aidé à brûler les branches, Pierre nous a aidé à dégager la ruine de ses gravats, argile et pierres. Il le sentait bien que pour continuer à vivre, il fallait continuer à se dépenser physiquement, il le savait bien que vivre, c'est travailler.

 

Il avait cependant une autre passion, qui aurait pu être funeste : fabriquer de l'eau de vie. Ou plus exactement faire fermenter des fruits pour les porter « à l'alambic » une fois pas an. Il s'agit d'une vieille coutume devenue avec Napoléon le « privilège » des personnes possédant des parcelles classées en verger et où, naturellement, poussent des arbres fruitiers. Ce privilège permet de ne pas payer de taxe jusqu'au millième degré (soit vingt litres à 50°). Quiconque autre peut aussi faire distiller mais il paiera une taxe de quelques euros par litre, taxe doublée après le millième degré. Le privilège n'est plus héréditaire depuis 1960 et, régulièrement, de nouvelles lois en réduisent la validité dans le temps. Mais à notre arrivée, ma grand-mère en était encore titulaire ; elle possédait quelques cerisiers. Pierre était son fondé de pouvoir. Il se moquait complètement des cerises de la grand mère et il lui arriva même, racontait-il, qu'un distilleur se moque aussi complètement de ses fruits à lui et lui propose l'alcool contre une simple signature sans qu'il eût à se fatiguer. Mais Pierre tenait à distiller ses propres prunes. On croirait donc reconnaître là l'amateur des effluves incomparables d'une gnôle de poire ou de prune, ou d'un bon marc. Et bien pas du tout. Le paradoxe est que Pierre ne buvait plus une goutte d'alcool depuis des années. Il n'avait d'ailleurs pas d'odorat, ce qui en faisait, chez son patron menuisier, le préposé tout naturel aux Pompes Funèbres.

Il ne goûtait pas une goutte de sa gnôle, qu'on appelle justement la goutte, mais il en faisait tous les ans pour ma grand mère. Une sorte de monnaie d'échange à la campagne. On paye un petit verre à ses visiteurs, au facteur, aux pompiers, on offre une bouteille quand on vient dîner etc. C'est ce que dut expliquer Françoise à une douanière. Il se trouva une inspection des douanes l'année même de notre arrivée à Montpoulet, une coïncidence. La douanière demandait comment il était possible qu'une dame de plus de 80 ans pût consommer plusieurs litres d'alcool par an. Peut-être supputait-elle finalement qu'il se fût agi d'un élixir de longue vie ? En tout cas, c'est très légalement, au moins pour une partie, que nous fûmes embauchés par Pierre pour l'opération distillerie.

 

L'alambic était à Colombier-le-Vieux. C'est le village qui fait face à Montpoulet, de l'autre côté de la vallée de la Daronne et juste avant celle du Doux. Les mauvaises langues disent que le clocher de l'église, que l'on aperçoit très bien de Montpoulet, n'a d'horloge que sur trois faces. Il n'y en pas du côté de Deyras parce qu'on en aimait pas les habitants et qu'on ne voulait pas leur donner l'heure !

C'est par contre par là que je dois passer, par la toute petite route entre Deyras et Colombier le Vieux, pour transporter dans ma vieille fourgonnette, quelques 600 kg de fruits fermentés contenus dans les tonneaux bleus, bien nettoyés à l'eau chaude qu'on se rassure, qu'on utilise dans les industries annonéennes et que les ouvriers récupèrent. Je passe par là pour éviter les contrôles de gendarmerie. La mission de Françoise est différente : elle doit évacuer de petites quantités de goutte, discrètement, tandis qu'on laisse attendre jusqu'à 17h les quantités soumises à la taxe, potentiellement contrôlables par la maréchaussée. C'est qu'en effet, une partie non négligeable de l'élixir de vieillesse non seulement échappe aux impôts grâce au « privilège » mais aussi grâce à l'escamotage et ce qui ressemble fort à de la contrebande. La petite route que je dois emprunter est pire d'un sentier pyrénéen. Elle descend dans les gorges de la Daronne et en remonte de façon tellement abrupte que j'ai cru que mon moteur allait caler.

Il ne cala pas et c'est vraisemblablement après dégustation de la goutte aussi subrepticement mais durement donc bien acquise que je décidai de me faire Prince. Je vous dis tout de suite comment. 

 

Partager cet article

Repost 0

Les envahisseuses, suite

Publié le par Prince Bernard

             Le buis est l’olivier de nos montagnes. Son bois au grain très fin permet les sculptures les plus délicates et les plus résistantes à la fois. On en fabrique par exemple un petit outil pour  fendre les tiges d'osier dans la fabrication des paniers. Dans la tradition catholique, pour la fête dite des Rameaux, on fait bénir des rameaux d’olivier partout dans les basses terres, mais ce sont des rameaux de buis que l’on fait bénir ici. Pas une maison sans un buis à portée de main. Nous en avons trouvé deux très gros à notre arrivée à Montpoulet, avec des troncs de 15 et de 18 cm de diamètre, ce qui serait un maximum possible et indiquerait un âge approchant les 150 ans. 

          Il y a de nombreuses variétés de buis, principalement dans les régions chaudes du globe et très peu résistent au gel, mais c’est le cas du buis de chez nous, le buxus sempervirens. Il résiste au gel mais pas à l’invasive orientale : la chenille de la Pyrale du buis, ou diaphana perspectalis (ce que je me risquerai bien imprudemment à traduire par « laisse voir à travers ceux qui cherchent à voir à travers »)

Les envahisseuses, suiteLes envahisseuses, suite

         Dans la vallée du Rhône le mal est fait. Le Dauphiné a rapporté des maisons où l’on ne peut plus allumer de lampes dans attirer des milliers de ces papillons blancs aux liserés gris ; des conducteurs qui, sur l’autoroute, doivent réduire leur vitesse puis s’arrêter pour nettoyer leurs pare-brise. Le long de la voie verte Berges de l’Isère tous les buis, sauvages ou pas, ressemblent à de grands fantômes jaunâtres, encombrés de déjections et de fils de soie, comme des toiles d’araignées sales.
 

Les envahisseuses, suite
Les envahisseuses, suite

         Les grands parcs, les châteaux qui pratiquent l’art topiaire, sont aux abois. Peut-on imaginer le jardin du Luxembourg, les parcs de Versailles ou de Vaux le Vicomte, le labyrinthe de Merville, la Principauté de Montpoulet sans leurs buis centenaires ?
         Peut-on lutter ? Oui, pense Marc Mennessier dans un article du Figaro de juin 2016. Il y eut une première période de panique où l’on devait hésiter entre d’un côté un produit réputé biologique, le Bacille de Thuringe, difficile d’emploi et finalement peu efficace, et de l’autre côté un insecticide à base de diflubenzuron, à l’action choc. Ce dernier est sans danger pour la faune auxiliaire mais son image souffre de la campagne de dénigrement des pesticides menée par certains groupes d’intérêt. Un plus grand espoir naît maintenant des recherches de l’INRA qui propose des pièges à phéromones qui capturent les mâles avant qu’ils puissent féconder les femelles. Inconvénient, il faut 6 pièges à l’hectare, à 18€ le piège dont il faut renouveler les phéromones toutes les huit semaines, à 4,5€ la recharge. Un espoir bien coûteux donc.
     Une autre solution serait l’introduction de petites mouches, que l’Inra est en train de sélectionner, capables de s’attaquer aux œufs. Mais ne risquerait-on pas d’aller de Charybde en Scylla avec un autre parasite dont on ne pourrait pas se débarrasser, à l’instar des coccinelles asiatiques qu’on a introduites en agriculture bio pour lutter contre les pucerons et qu’on associe maintenant à une infestation monstrueuse qui non seulement envahit les maisons de façon déplaisante mais contribue à la disparition des coccinelles indigènes.
      Alors faut-il se résigner et penser, comme nombre de spécialistes, que la seule chose qui viendra à bout de la pyrale du buis, ce serait... la disparition totale du buis ?

Partager cet article

Repost 0

No-fly zone over Mountchicken

Publié le par Prince Bernard

Principauté de Montpoulet,

Montpoulet, Chemin de Montpoulet, etc.

 

Prince Bernard-Régis, Commandeur de l’ordre de la Salamandre Écarlate, Chevalier Servant de la Bicyclette et des  Palmes Académiques.

Cabinet du Prince le 11 décembre, an 16 de l’Agirvitébien.

 

à

 

Monsieur le Général de Brigade Aérienne Éric AXXXXXX, commandant la  Base Aérienne, 701 de Salon de Provence, Chemin Saint Jean, 13661 Salon de Provence

 
 
 

Voilà bientôt vingt ans que nous habitons la Principauté. À notre arrivée en provenance d’un village près de l’aéroport de Roissy-Charles de Gaulle, nous nous sommes de suite étonnés d’entendre les avions beaucoup plus que là-bas. Nous avons donc décidé d’interdire le survol aux trop bruyants d’entre eux. La pancarte fut placée face au ciel dans un endroit dégagé non recouvert de végétation.

 
Cela n’a strictement rien changé. On nous a dit que comme nous étions sur un point géodésique, vos pilotes le prenaient pour repère. On nous a même dit que certains, plus malins que les autres, avaient fait le pari de se glisser entre nos deux corps de bâtiments.

Nous reconnaissons que la pancarte est petite mais les trois pastilles de bronze du point géodésique, enchâssées dans les rochers, ne font pas plus de deux cm de diamètre et les pilotes s’en servent bien… mais voilà pourquoi je vous écris. Je précise que si les aéronefs dépassant les 50 km/h sont indésirables (nous n’avons rien contre les Montgolfières qui, malgré la sorte de rugissement qu’elles émettent lorsque le brûleur est en marche, restent compatibles avec notre sérénissime domaine) nous n’aurions rien, réflexion faite, contre un aéronef plus rapide mais dont le moteur serait silencieux. On rend bien les pistolets silencieux, pourquoi pas les Mirages et les  Rafales ?

Rien de tel, vous en conviendrez, que le tonnerre d’un avion chasse, tellement soudain, tellement démesuré,  pour nous faire perdre la raison. Puisqu'il nous en reste encore un peu, nous vous serions reconnaissants de l’épargner.

 

Je vous prie d'agréer, mon général, l'expression de ma sereine et respectueuse considération.

No-fly zone over Mountchicken

Général de Brigade Aérienne Éric AXXX, Officier de la Légion d’Honneur, Base Aérienne 701 de Salon de Provence, Chemin Saint Jean, 13661 Salon de Provence.

À

Prince de Montpoulet, Montpoulet, Chemin de Montpoulet, etc.

 
Monseigneur,

Votre courrier a retenu toute notre attention et, soucieux de ne pas assombrir les relations de voisinage avec votre excellence, nous avons demandé à nos pilotes, lorsqu’ils sont en approche de Montpoulet, de couper leurs réacteurs pendant le dernier kilomètre, afin de survoler la Principauté en vol plané et de ne remettre les gaz qu’une fois la crête de montagne dépassée. Cela ne supprimera pas toutes les nuisances, nous en sommes conscients, mais vous comprendrez aisément qu’un survol plus long sans réacteur pourrait avoir des conséquences fâcheuses pour les mitrons des cheminées de vos palais.

N’hésitez pas à nous faire part de vos remarques à ce sujet. Nos services sont tout entiers à votre écoute.

Je vous prie d'agréer... etc.

Partager cet article

Repost 0

L'agrégation des minces langues occidentales

Publié le par Prince Bernard

J’ai la réponse à la question que je posais il y a quinze jours : non, le réduve masqué n’est pas l’allié du calosome sycophante dans sa lutte contre les chenilles processionnaires du pin ; non, il n’en est pas non plus l’éboueur. (Au fait, l'imago des processionnaires est un papillon de nuit sans trompe, sans goût ni couleur, qui vit quelques jours seulement sans se nourrir. Il fait partie de la famille des notodontes, ce qui doit signifier, puisque mastodonte veut dire dents en forme de sein, qu'il a, à défaut de trompe, des dents en forme de dos, CQFD. Son petit nom est thaumetopoea pityocampa, ce qui signifie, quand on comprend le grec, ce qui n'est pas mon cas, faiseur de merveilles et campeur qui fait pitié. Je plaisante. Et je lance un appel aux hellénistes).

 

Non, ce que j’ai trouvé dans le cocon de chenilles processionnaires, en train de se régaler, non pas des chenilles mais de petites billes de je ne sais quoi, mais qui ressemble à de la résine de pin, c’est en réalité le réduve américain, ou la punaise du pin, justement. Un invasif, une sorte de migrant, un sans-papier, qui ne figure donc pas dans mon livre (réputé) sur les insectes européens. D’où mon erreur. Et cette punaise n’est pas carnivore (insectivore, plus précisément) mais végétarienne, comme les Américains à la mode. Elle n’a pas de rostre avec lequel elle risque bien de vous piquer pour vous inoculer on ne sait quoi encore, mais une sorte de trompe très allongée et souple, d'où son petit nom Leptoglossus Occidentalis, encore du grec : langue mince d'occident.

 

Si l'on ne trouvait de ces punaises américaines que dans les nids de chenilles ou à la rigueur dans les pins, tout irait bien, mais comme sa cousine migrante la coccinelle chinoise, dont je vous dirai deux mots tantôt, elles ont tendance, quand la bise fut venue, à se réfugier dans les maisons. Et quand l'une d'entre elle a trouvé son squat confortable, elle émet des phéromones très particulières, dites d'agrégation, oui, comme le concours des enseignants, et on assiste à un regroupement familial massif. Montpoulet en sait quelque chose, nous en trouvons cinq par jour.

 
L'agrégation des minces langues occidentales
L'agrégation des minces langues occidentales

Partager cet article

Repost 0

La source miraculeuse de Montpoulet

Publié le par Prince Bernard

Après 100 mm de pluie en cinq jours, elle est à son maximum, presque 10 m3 par jour :

La source miraculeuse de Montpoulet

Comment le sais-je ? Parce que je mesure le débit à l'aide d'un mug d'environ 30 cl (je devrais dire « half pint » dans la perspective de l'admission de Montpoulet au sein du Commonwealth).

La source miraculeuse de Montpoulet

Et le nombre de secondes qu'il est nécessaire à la source pour remplir la mesure me permet, grâce à une sorte de Pierre de Rosette opportunément placée à proximité, de trouver le débit (oui, encore en litres, mais je prévois une autre pierre gravée pour convertir en quarts et gallons).

 

La source miraculeuse de Montpoulet

L'information ne serait pas complète sans le débit de septembre : autour de 300 litres/jour.  Comme cela suffit à peine pour les douches, les chasses et les lessives, boire du vin devient impératif et c'est alors que la source fait des miracles.

Partager cet article

Repost 0

Le réduve masqué est-il l’allié du calosome sycophante ou son éboueur ?

Publié le par Prince Bernard

Le sycophante est un prédateur de la chenille processionnaire. C’est un coléoptère étonnant, d’abord on dirait qu’il a opté pour une carrosserie multicolore métallisée...

Le réduve masqué est-il l’allié du calosome sycophante ou son éboueur ?

...et ensuite parce que son surnom se traduit du grec par « délateur des voleurs de figues ». Ne me demandez pas pourquoi, cela prendrait des heures pour répondre. J’ajouterai juste que ce surnom a donné en anglais l’adjectif sycophantic (flagorneur). On le dit rare parce qu'on ne laisse plus les arbres pourrir dans les forêts. Il est courant à Montpoulet.

Le réduve masqué est une grosse punaise, à l’odeur de citron très forte, qui nous dit-on, débarrasse les vieilles maisons des mites, mouches, araignées et punaises de lit.

Le réduve masqué est-il l’allié du calosome sycophante ou son éboueur ?

Alors pourquoi en ai-je trouvés dans un cocon de chenilles processionnaires tombé d’un pin parasol ? Finissaient-ils les restes d'un calosome sycophante ou étaient-ils venus lui prêter main forte pour exterminer la colonie de chenilles ?

Je pose la question.

Le réduve masqué est-il l’allié du calosome sycophante ou son éboueur ?
Le réduve masqué est-il l’allié du calosome sycophante ou son éboueur ?

Publié dans Faune pouletmontoise

Partager cet article

Repost 0

Pourquoi la vierge noire de Navas est-elle blanche ?

Publié le par Prince Bernard

Non loin de la Principauté de Montpoulet, un lieu de pèlerinage qui date du Xè siècle...

 

      Nous avons un jour organisé pour des amis lyonnais une randonnée qui allait de Navas à St Romain d’Ay et l'avions intitulée « D’une vierge noire à l’autre ». Mais dans la chapelle de Navas la vierge était blanche, alors que quelques heures plus tard, nous trouvions bien une vierge noire dans la chapelle de Notre Dame d’Ay. La longue mais agréable marche depuis quasiment la vallée de la Daronne, jusqu’à la vallée de l’Ay, posait donc deux questions : A- que sont les vierges noires ? et B- celle de Navas en est-elle une ? Je vais tenter de répondre aux deux.

Notre Dame de Navas et Notre Dame d'Ay.Notre Dame de Navas et Notre Dame d'Ay.

Notre Dame de Navas et Notre Dame d'Ay.

     A- De nombreuses théories sont avancées par les historiens, ou pseudo-historiens, pour expliquer la noirceur de ces vierges, presque toutes situées en France : entre 120 selon Émile Saillens en 1933 et 272 selon Marie Durand Lefèvre en 1937, pour seulement quelques dizaines pour tout le reste de l’Europe et le Mexique.

 

     1- Une première hypothèse est qu’elles ont été colorées par la fumée des cierges. Certes, ces vierges étaient exposées à beaucoup de fumée. Celle du Puy l’était à 64 lampes en permanence mais comment expliquer que toutes les vierges n’aient pas été noircies (alors qu’on leur brûle toutes des cierges) et comment expliquer ces vierges déjà noires à leur découverte en terre comme le rapportent souvent les légendes1 .

     Une variante est qu’elles aient été colorées volontairement : une théorie du XVIIIè siècle pour contrer l’idée qu’il pourrait s’agir de déesses païennes, voire, comme pour Notre-Dame de Moulins, pour aider à la conversion des Maures, de façon qu’ils reconnaissent en la Vierge une femme de leur race). Volontairement ou bien progressivement : une théorie scientifique explique que la céruse, coloris blanc utilisé au Moyen Âge, contenant du carbonate de plomb, donne au contact de l’air du sulfure de plomb qui est noir. Mais si c’était le cas, tous les personnages cérusés seraient maintenant noirs, ce qui n’est pas le cas2.

     Pour satisfaire à la mode enfin : certains suggèrent que devant le succès de certaines vierges noires (les pélerinages apportent prospérité là où ils aboutissent), l’on ait volontairement coloré certaines, comme Marsat, Clermont-Ferrand ou Brioude. Cependant, dans le même but d’attirer des pélerins, il y a certainement eu des évolutions inverses, des statues noires qui ont été blanchies et dorées comme à Tournus, Avith et Chappes3. Cependant c’est sans doute la première hypothèse sérieuse que nous rencontrons, si l’on prend bien soin de ne pas la généraliser.

1Thierry Wirth, Les Vierges noires, Oxus 2009, page 50.

2Idem p.48.

3Jean-Pierre Bayard, Déesses mères et Vierges noires, Éditions du Rocher 2001, p.77.

Notre Dame de Moulins.

Notre Dame de Moulins.

     2- Un deuxième groupe d'hypothèses est que la couleur est due à la matière dont elles sont faites. Que ce soit le bois et ce serait par exemple le cas de la statue d’Artémis à Éphèse, en bois de vigne ou de cyprès et qui serait devenue noire à force d’avoir été huilée1. Que ce soit une météorite ou un aérolithe : d’après Thierry Wirth, une bombe volcanique prend spontanément, par sa fusion en haute atmosphère, une forme conique et boursouflée qui évoque une femme présentant son enfant.

L’hypothèse la plus farfelue se situe dans cette catégorie. Elle est rapportée par Jacques Bonvin2 : elles seraient chargées d’énergie tellurique, ce qui expliquerait à la fois leur couleur et leurs miracles. Cette théorie est reprise par Daniel Castille3 qui invoque la pseudo-science de la géobiologie pour soutenir que la terre est parcourue par un réseau d’ondes dont les nœuds énergétiques correspondraient à des points d’eau, donc à des lieux sacrés, donc à des vierges noires. Jacques Bonvin publie une photo prise de la Vierge d’Orcival, en Auvergne, en 1979. Le développement fit apparaître des zébrures de lumière émanant de la vierge, une bien opportune « preuve » d’énergie. Un ufologue fit remarquer que cela ressemblait aux décrochements de certains ovnis qui atterrissent suivant la technique dite « de la feuille morte ». Si l’on cherchait encore un lien entre apparition d’ovnis et apparition de vierges, en voici donc un de particulièrement croquignolet. Ce genre de théorie illustre l’attrait de la question pour les marchands de merveilleux, de mystères et d’explications irrationnelles, qui malheureusement pullulent pour vendre leur prose et obscurcir le champ de vision d’un observateur honnête.

1Wirth, ibidem p.74

2Jacques Bonvin, Vierges Noires La réponse vient de la terre Éditions Dervy 1988.

3Daniel Castille, Le Mystères des Vierges Noires, JMG Éditions 2001.

Notre Dame d'Orcival en bois de noyer.

Notre Dame d'Orcival en bois de noyer.

     3- Une troisième hypothèse est qu’il s’agirait de vierges rapportées des croisades : comme Notre Dame d’Ay « rapportée par les croisés en 1200 » selon René Saint Alban1. Rapportée donc de Palestine ou de Constantinople, pas d’Afrique Noire ! Cependant le docteur Paul Olivier (L’ancienne statue romane de Notre Dame du Puy, 1921) nous apprend que la vierge du Puy fut conduite au bûcher pendant la Révolution aux cris de « Á mort l’Égyptienne »2, ce qui laisse croire que son visage avait un aspect au moins oriental, ou que la noirceur passait pour un teint hâlé. De même le jésuite Van Steen (1556-1637) en donne pour preuve que l’icône de Sainte-Marie-Majeure de Rome, attribuée à Saint Luc, a un visage noir3. Il en est ainsi de plusieurs icônes exécutées sur bois et dont « le teint très brun ou même noir, est sans doute accentué par la technique de l’encaustique4 ». Une hypothèse coupe cependant la poire en deux : la vierge aurait été fabriquée sur la commande précise d’un croisé de retour, avec un visage oriental, yeux en amandes, teint foncé, comme une sorte de souvenir, suite à un vœu formulé là-bas.

     La plupart de ces vierges noires, n’oublions pas, sont des copies d’ originales que les accidents de l’histoire ont détruites. Ce qui pourrait expliquer qu’une vierge noire, attestée par la tradition comme à Navas, ait été remplacée par une blanche, pour des raisons inconnues.

 

1René Saint-Alban, Guide de l'Ardèche Insolite, Éditions de la Bouquinerie, 1993.

2Témoignage cité par tous les auteurs.

3Wirth, ibidem p. 64.

4JP Bayard, ibidem p. 56.

Notre Dame du Puy (l'ancienne, et l'actuelle, photo Nicolas Debray).
Notre Dame du Puy (l'ancienne, et l'actuelle, photo Nicolas Debray).

Notre Dame du Puy (l'ancienne, et l'actuelle, photo Nicolas Debray).

     4- Laissons donc ces précédentes hypothèses pour examiner celle qui est partagée par le plus grand nombre d’auteurs : une survivance de déesses-mères pré-chrétiennes.

     René Saint Alban voit à Notre Dame d’Ay une survivance du culte celtique à Maïa. François Graveline (Vierges Romanes) énonce que « Marie est, pour partie, la réincarnation de la Belisama celte, comme des Minerve ou des Cérès romaines, de la Perséphone grecque ou de l’Isis égyptienne, elles-mêmes descendantes lointaines des Vénus préhistoriques ». Une filiation illustrée par les exvotos romains trouvés dans la Source des Roches à Chamalières non loin de la vierge noire de Notre-Dame-du-Port.

     Toutes déesses qu’on appelait vierges mais pas dans le sens anatomique comme de nos jours. Un mouvement qui s’appelle les Matriciens1 y voit ainsi une survivance de déesses pré-chrétiennes qui auraient été non pas des vierges au sens commun mais des femmes sexuellement indépendantes, ce qui est expliqué par l’étymologie, d’après Tristan Mandon2 : le latin virgo ayant remplacé le grec parthenos : mère non mariée (voyez la même racine dans parthénogenèse). Toutes ces déesses auraient eu des représentations noires.

     Et finalement il n’y a guère d’auteurs qui ne finissent pas par invoquer l’Égyptienne Isis et, après examen, on n'est pas étonné. On dirait même que Isis a servi de modèle pour celle que les Catholiques ont mis tellement de temps à diviniser, au grand dam d’autres églises chrétiennes comme les protestantes. Comme Marie, Isis a un fils sans être mariée, ou plus exactement sans intervention mâle puisque son mari vient d’être assassiné. Elle aurait été fécondée par le feu divin. Elle est presque toujours, en outre, représentée avec son fils Horus sur les genoux et ce serait elle qu’on aurait adorée sous les noms de Cybèle, déesse de la fécondité (noire sous son manteau vert chez les Phrygiens d’Asie Mineure), de Cérès ou même de Diane chez les Romains3.

     La vierge noire du Puy est en la matière la plus riche d’enseignement : elle a été décrite avant sa destruction, par Faujas de Saint Fond qui nous apprend que ses yeux notamment n’étaient pas sculptés mais des enchâssements de lentilles convexes, une technique courante dans les statuettes de l’antiquité, qui laissait passer la couleur de la cavité et devaient, dans la pénombre, beaucoup impressionner les croyants.

     Enfin, selon les Matriciens, la vierge noire du Puy avait l’aspect d’une momie ; les bandelettes qui enveloppaient son corps ainsi que celui de son fils ne laissaient voir que leur visage. Et lorsque on l’a brûlée pendant la révolution, un papyrus est sorti d’une cavité creusée dans son dos, mais qu’on n’a pas pu sauver. Par contre une pierre ovale portant des inscriptions égyptiennes a été retrouvée dans les cendres qu’on avait éparpillées dans les champs pour qu’elles ne servent pas de reliques.4

     Pour conclure sur cet aspect, rappelons que personne ne prétend que l’on ait continué à adorer ces déesses pré-chrétiennes, mais simplement qu’on les a remplacées par la Vierge, aux mêmes endroits, avec souvent les mêmes attributs et les mêmes pouvoirs. On peut évoquer à cet égard comme une coïncidence de dates : les vierges noires dateraient toutes au plus tôt du X° siècle, or Marie, déclarée Mère de Dieu au Concile d’Éphèse en 431 n’est que progressivement ensuite parée des atours de la virginité perpétuelle qui font d’elle l’égale d’une déesse5. Et plutôt que de chercher une théorie qui les expliquât toutes il faut admettre humblement que toutes les hypothèses ont certainement leurs démonstrations et preuves particulières. Á chaque vierge noire sa propre explication, sans doute. Mais qu’en est-il de celle de Navas ?

 

1http://matricien.org

2 Http://racines.traditions.free.fr

3Wirth, ibidem p. 56 & 72.

4 Jean Peyrard, Histoire secrète de l’Auvergne, Albin Michel 1995, p.279.

5 JP Bayard ibidem p.42.

L'artémis d'Éphèse (photo Wikipédia)

L'artémis d'Éphèse (photo Wikipédia)

     B - Wikipedia, l’Encyclopédie en ligne nous dit qu’ « À Saint-Victor, Ardèche, on vient en pèlerinage auprès de la vierge noire de la Chapelle Notre-Dame de Navas (XIè siècle) ». René Saint Alban signale simplement qu’à Naves (l’orthographe varie, souvent Navaz) « Notre Dame de la Délivrance est implorée pour de bonne couches » et que pour ce faire les femmes doivent poser leur pied nu sur une pierre à empreinte appelé Pas de Notre Dame situé à plusieurs centaines de mètres de la chapelle.1

     Cependant, Jean-Pierre Bayard, dans son Répertoire des Vierges Noires par département, pas plus que son maître Jacques Boivin, n’en fait mention et précise bien qu’il n’y a pas de vierge noire à Tournon, alors qu’elles sont incontestables en Andance, à Cornas et St Romain d’Ay pour ne citer que celles du Haut Vivarais.

     Nous terminerons par la mention qui est faite dans la plaquette Croix et petit patrimoine2 : « 1882. Extrait des archives paroissiales. “ La vierge au dessus du tabernacle, statue de modique grandeur en bois noir, d’une sculpture admirable. La tradition la plus accréditée porte à croire que cette image précieuse d’une origine très ancienne nous était venue de la Palestine, léguée à ce sanctuaire par un pieux chevalier des croisades à son retour de la Terre Sainte”. Immédiatement suivi d’un autre extrait contradictoire : “Vierge debout avec l’enfant, bois polychrome blanchi. Hauteur 0,47 m. Source ayant le pouvoir de guérison des maladies des yeux.” » Doit-on en conclure que la vierge de Navas est une vierge noire qui aurait été blanchie ? Il faudra bien en rester sur ce questionnement.

 

1Saint-Alban, ouvrage cité.

2 Association Chantelermuze, 07410 Saint-Victor dont dépend Navas, 2006.

Partager cet article

Repost 0

Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !

Publié le par Prince Bernard

Deux devoirs de vacances cette année, quel est celui qui est en vraie pierre sèches (sans mortier ni béton), celui de la cave à vin (n°1) ou celui de l'abri voitures (n°2) ?

 

Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !
Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !

Ce n'est pas évident mais en cherchant bien, on distingue quelques taches blanches entre les pierres du n° 2. C'est bien du ciment. Il s'agissait d'un mur qui, classiquement, parce que les anciens, pour bâtir ces murs de soutènement de terrasses, ne construisaient qu'un parement... il s'agissait d'un mur qui « faisait le ventre ». Ainsi, Françoise ne pouvait pas enfoncer sa voiture au fond de l'abri. Pour corriger, j'ai pris le risque de rebâtir en retrait de 20 cm puis, vers le haut, en encorbellement pour rattraper l'à-plomb. Le risque est compensé par un calage de béton, derrière le parement, quasi invisible.

Pour la cave à vin, creusée dans l'argile compactée par les millénaires, peu de risque. Donc de la vraie pierre sèche, là où les erreurs d'appareillage ne pardonnent pas. Ce mur du fond, qui laisse libre sur la droite un passage vers le futur tunnel qui rejoindra celui pour Londres, j'y reviendrai, n'était qu'un des travaux de finition qui attendaient dans cette cave depuis des années.

 

Un certain Platon, à ce que me dit un ami qui l’a bien connu, prétendait que les dieux avaient donné le vin aux hommes pour adoucir leur douloureuse existence. Rabelais que l’appétit vient en mangeant, et la soif disparaît en buvant.

Il me fallait donc enfin recouvrir, de citations gravées dans le béton, le trou d’homme qui, à l’entrée de la cave, permettrait en cas d’urgence de se glisser dans le réservoir d’eau de pluie que j’ai creusé en dessous de la terrasse. Un réservoir que j'avais prévu faire communiquer, par un tunnel noyé, avec la piscine. Son trou d'homme aussi nécessitait couvercle, ci-après encore tout frais.

 
Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !
Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !Être ou avoir ? Non ! Avoir une —vraie— cave à vin !

Il existe sans doute mieux garnie comme cave à vin, mais celle de Montpoulet comprend cette vipère aspic (un mâle, ce qui ne fait aucun doute à l'examen, il a deux pénis, comme les requins, pratiquant sans doute le ménage à trois) conservée dans la gnôle et qui est promise à un long vieillissement : on ne risque pas de boire la gnôle, elle a pris le goût du cadavre, et il n'est pas exquis ! 

Côté blancs et mousseux, côtés Côtes du Rhône et côté vipère.Côté blancs et mousseux, côtés Côtes du Rhône et côté vipère.
Côté blancs et mousseux, côtés Côtes du Rhône et côté vipère.

Côté blancs et mousseux, côtés Côtes du Rhône et côté vipère.

Partager cet article

Repost 0

La nature fait-elle bien les choses et les médecins connaissent-ils la réponse ?

Publié le par Prince Bernard

La nature fait-elle bien les choses et les médecins connaissent-ils la réponse ?

Année de foin année de rien, dit ma mère.

Juste après avoir posé mon pied gauche sur l’herbe sèche que je venais de couper, je me suis affallé brutalement. C’est extrèmement glissant l’herbe sèche, je me souviens d’un été où pour aller mettre en route la pompe en bas de la pente, je descendais en luge. Je me suis affallé brutalement sur le côté droit et la convexité de mon grill costal s’est écrasée sur celle du bloc moteur de ma débroussailleuse ; « grill costal », c’est comme ça qu’ils vont dire à l’hôpital. Je me demande ce qu’on peut y faire griller. Des côtelettes, sans doute. Souffle coupé, j’ai tout juste pensé à couper le contact. Douleur intense, j’ai repensé au précédent écrasement de grill costal. Il s’était soldé par un pneumo-thorax. Aussi j’attends que la douleur s’atténue avant de reprendre le travail. Le dimanche, je rentre aussi trois remorques de bois sans trop souffrir. Mais le lundi matin, après trois autres remorques, la douleur est telle que j’ai de la peine à descendre du tracteur. Je me dis alors que y’a certainement quelque chose de cassé et puisque cela me fait bien plus mal que l’autre fois, qu’il n’y en a pas qu’une de cassée, de côte. J’appelle mon médecin qui me dit d’aller directement aux urgences. J’ai de la peine à entrer dans la voiture et le moindre soubresaut m’arrache un gémissement.

Les urgences sont un jeu de piste. Une partie de l’hôpital a brûlé et des flèches indiquent un nouvel emplacement. Je me perds un peu, me méprend sur le sens des nombreux placards et me retrouve à faire la queue en médecine. Puis enfin aux urgences où une secrétaire me fabrique un joli bracelet avec mes nom, prénom et date de naissance, au cas où je serai pris d’amnésie subite, ainsi qu’un très impressionnant code barre dont je suppose qu’il contient tout mon dossier médical. C’est ce que je crois encore quand la blonde urgentiste lit sur son écran que je suis venu l'an dernier me faire coudre une entaille de tronçonneuse. « Oui, je suis très maladroit », je confirme. Mais le code barre n’est qu’un numéro (« Je ne suis pas un numéro ! Qui est le numéro Un ?»)

 

La nature fait-elle bien les choses et les médecins connaissent-ils la réponse ?

Elle a l’air surprise que je sois venu par mes propres moyens. « Il y en a qui n’hésitent pas à appeler les pompiers pour une blessure à la main », explique-t-elle.

Elle m’ausculte avec les mains, me fait un mal de chien en m’appuyant sur le ventre, bizarrement, et puis avec un échographe même sous la ceinture de mon pantalon qu’elle défait elle-même (!). Et puis on vient me chercher pour la radio alors qu’elle m’a engagé dans un débat sans fin sur le niveau qui baisse en français dans la génération de ses enfants.

 

Finalement rien n’est cassé. La nature n’est donc pas bien faite puisque une côte cassée fait moins mal que rien de cassé. « Mais je vous interdis tout effort », me dit-elle avec un sourire malicieux comme si elle savait que je n'obéirais pas. Elle m’explique que même sans fracture, les ligaments, tendons, et vaisseaux sanguins ont franchement été dérangés par la convexité du bloc moteur. « Et je vous ai fait une ordonnance qui comprend un anti-douleur, un décontractant musculaire et un anti-inflammatoire ».

Il n’y a pourtant, je pense, que la douleur pour m’empêcher de reprendre le débroussaillage… C’est donc qu’elle, docteur en médecine, ne pense pas que la nature soit bien faite.

La nature fait-elle bien les choses et les médecins connaissent-ils la réponse ?

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>